Lons-le-Saunier : il achète une maison, et découvre plein de détritus sur son terrain

Autour de la maison des micro-déchets / © Mary Sohier - France Télévisions
Autour de la maison des micro-déchets / © Mary Sohier - France Télévisions

C'est la mésaventure arrivée à Rédouane Marghich propriétaire depuis trois ans d'une petite maison dans le quartier de la Marjorie à Lons-le-Saunier dans le Jura. Il se dit victime d'arnaque. La mairie qui a vendu le bien se défend de tout vice caché. 

Par S.C avec Mary Sohier

Sous les salades et les plants de courgettes, le terrain de ce Lédonien réserve quelques surprises. Des morceaux de plastique durs, des bouts de caoutchouc, des morceaux de verre, le sol offre un visage pas vraiment sain. Trois ans après l'achat de cette petite maison, le propriétaire a découvert lors de travaux extérieurs que son terrain avait été remblayé dans les années 80. "C'était un rêve de racheter cette maison, c'est aujourd'hui un cauchemar". L'homme se sent arnaqué. 

Sur les réseaux sociaux et sa page Facebook "Je vis sur une déchetterie" le propriétaire montre l'état de son terrain.

 


De son côté la ville de Lons-le-Saunier qui a vendu le bien confie n'avoir pas eu connaissance de ces remblais. Daniel Bourgeois, adjoint au maire de Lons-le-Saunier en charge de l'urbanisme (LR) précise : "On ne savait pas que cette partie avait été remblayée. Ce produit est un compost, c'est très fertile et pas nocif. Si cela avait été nocif, cela n'aurait pas été fait à l'époque"

 
Lons-le-Saunier : il achète une maison, et découvre plein de détritus sur son terrain
Un habitant de Lons-le-Saunier estime avoir été arnaqué par la ville.L'homme a racheté un terrain à la municipalité, un terrain qui lui a réservé quelques mauvaises surprises Mary Sohier et Hugues Perret l'ont rencontré avec Rédouane Marghich Propriétaire Daniel Bourgeois Adjoint au maire de Lons-le-Saunier en charge de l'urbanisme (LR)


Selon des devis réalisés, pour remplacer la terre, il y en aurait pour 25.000 euros, soit le quart du prix de la maison. A ce jour, aucune étude n'évoque la toxicité de ces sols, mais aucun jardinier c'est clair n'aimerait avoir ce genre de déchets sous ses tomates... 

 
Le propriétaire demande le remplacement des terres. Coût 25.000 euros / © Mary Sohier - France Télévisions
Le propriétaire demande le remplacement des terres. Coût 25.000 euros / © Mary Sohier - France Télévisions

Sur le même sujet

L'école de Bellefontaine en grève et en deuil

Les + Lus