PODCAST : "Le jour où j'ai dessiné ma famille confinée"

Retour sur l'exposition "Chiche ! Exquis portraits de familles confinées" au musée de l'Illustration Jeunesse de Moulins. Un défi lancé par l'artiste Nathalie Novi lors du premier confinement : réaliser une fresque géante chacun chez soi pour mettre de la lumière sur cette sombre période.

Inauguration de l'exposition "Chiche ! Exquis portraits de nos familles confinées" au musée de l'illustration jeunesse à Moulins avec Carole Chaix, Elena Ventura, Marc Daniau, Cécile Roumiguière et Nathalie Novi
Inauguration de l'exposition "Chiche ! Exquis portraits de nos familles confinées" au musée de l'illustration jeunesse à Moulins avec Carole Chaix, Elena Ventura, Marc Daniau, Cécile Roumiguière et Nathalie Novi © IB

Tout est parti d'un "Chiche !" lancé sur Facebook par Nathalie Novi, peintre littéraire installée dans le Jura. C'était en mars dernier lors du premier confinement.

Nathalie Novi a lancé un défi à ses collègues illustrateurs jeunesse et aussi aux néophytes qui la suivent sur les réseaux sociaux. pour donner de la couleur à une période pas toujours facile à vivre. Via les réseaux sociaux, Nathalie Novi a proposé aux artistes et auteurs de représenter leurs familles confinées. Ils ont été nombreux à dire, eux aussi, Chiche !

Une histoire fabuleuse ! Pour l'écouter, cliquez sur ce podcast :

Si vous voulez voir cette fresque des familles confinées, retrouvez en fin d'article notre vidéo.

"On avait besoin d'une oeuvre collective, de mettre de la couleur à cette période anxiogène"

23 illustrateurs jeunesse ont représenté leurs familles confinées et une quarantaine d'auteurs ont participé à un cadavre exquis littéraire orchestrée par Cécile Roumiguière. Chacun dans son atelier, dans sa cuisine ou son salon, ils ont mis des mots ou des images sur ce que nous vivions tous. Un moment inédit et anxiogène. Les réseaux sociaux se sont révélés utiles pour faciliter les échanges entre les artistes. Les néophytes suivaient les consignes de Nathalie Novi en lisant ses posts sur Facebook. 

Six mois après, ils se sont retrouvés, tous masqués, pour un vernissage au musée de l'illustration jeunesse de Moulins. Tellement heureux de se revoir. Si ces artistes passent de nombreuses heures seuls dans leurs ateliers ou à leurs bureaux, une partie importante de leur travail est aussi de participer à des salons, des rencontres ou des expositions. Le premier confinement a tout stoppé ! Outre la perte de revenus, ces annulations en cascade ont été démoralisantes. Le quotidien des artistes étaient tout chamboulé comme le nôtre. Des liens heureusement demeuraient, ceux tissés sur la grande toile mondiale. 

Cette exposition est la mémoire d'un temps d'innovation et de création

Emmanuelle Martinat Dupré

Pour le musée de l'illustration jeunesse à Moulins, cette fresque géante est "la mémoire d'un temps d'innovation et de création" estime Emmanuelle Martinat Dupré, attachée de conservation du musée de l'illustration jeunesse. Ces portraits de famille confinées prennent tout leur sens en se retrouvant côte à côte. Le fil rouge tracé à 38 centimetres du bas de chaque feuille de Kraft relie les familles les unes aux autres. Une oeuvre à la fois chorale et singulière. Chaque artiste a vécu différement le confinement et cela se voit.

Les familles confinées de Nathalie Novi, Christophe Renoux et Bruno Pilorget
Les familles confinées de Nathalie Novi, Christophe Renoux et Bruno Pilorget

Lors du vernissage de l'exposition, le cadavre exquis imaginé par la quarantaine d'auteurs a pu être écouté pour la premiere fois. 

Mon chez moi est un bateau, ma famille, un équipage à l'horizon délavé, effacé

Cécile Roumiguière

Ces exquis portraits de familles nous parlent aussi de nous, de ce que nous avons vécu pendant ce confinement. Ici ou ailleurs dans le monde : à Dublin une cinquantaine d'illustrateurs et d'auteurs ont eux aussi répondu au Chiche de Nathalie Novi.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
podcasts confinement santé société coronavirus/covid-19 art culture