VIDEO. Des policiers à la poursuite d’un sanglier en pleine ville à Saint-Claude dans le Jura

Publié le Mis à jour le

La scène peut faire sourire, mais elle cache un problème récurrent dans la sous-préfecture du Jura. Des sangliers prolifèrent jusqu’à descendre en ville. C’était encore le cas ce mercredi 2 février.

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022

Il a le sens du détail, et de la promotion touristique ! Sous la pipe géante qui symbolise le savoir-faire de la cité du Haut-Jura, le sanglier se balade, poursuivi par trois policiers municipaux. Ces derniers tentent de l’éloigner, et de le ramener vers la forêt.

La scène est filmée place du 9 avril 1944, vers 8h30 par un journaliste de l’Hebdo du Haut-Jura et du Haut-Bugey. Nous sommes en plein centre ville, à proximité des bureaux de la banque Caisse d’Épargne. “Les gens étaient surpris, c’était surtout dangereux pour la circulation” raconte notre confrère. L’animal a pris la fuite en direction de la rue du collège. Les policiers ont tout de même pris des risques, la bête se porte bien, et ferait près de 80 kilos.

Quand les sangliers arrivent en ville

Ce sanglier, pas farouche, est bien connu à Saint-Claude. Vendredi 28 janvier 2022, vers 5h30 du matin, il renversait et fouillait en plein centre-ville des poubelles. "Nom de Dieu, c’est pas vrai” s’étonnait alors un riverain qui a filmé la scène en parlant à l'animal.

Ce n’est pas la première fois qu’un sanglier s’invite en milieu urbain. “Cela pose des questions de salubrité et de sécurité. Les gens s’approchent sans méfiance, mais cela reste un animal sauvage qui peut charger” précise Pascal Thevenot, chef de la police municipale. Quelques jours auparavant, les policiers étaient déjà intervenus. Le sanglier en question avait été signalé à proximité du collège.

Une famille de sangliers dans un square pour enfants

Des sangliers comme chez eux en zone habitée : la commune de Saint-Claude fait face à ce phénomène depuis près de 2 ans. Les sangliers sont présents dans les quartiers Chabot et Thomachon. Il faut dire que la cité jurassienne est nichée au cœur d’un milieu naturel où la faune est présente. Le nourrissage des sangliers par les hommes ne fait qu’accentuer leur présence. “Une campagne de sensibilisation a été menée pour éviter les dépôts de nourriture, parfois au pied des immeubles. Les sangliers viennent se servir, et cela n’aide pas à ce qu’ils retrouvent leur milieu naturel” analyse Pascal Thevenot. Pour l’instant, la cohabitation entre hommes et animaux s’est soldée sans bobo dans des lieux inattendus.

Jeudi 2 décembre, une vidéo avait fait le buzz. On y voyait, dans le quartier Tomachon, des sangliers passer un moment au sein du parc de loisirs du quartier.

Au printemps 2021, deux sangliers et trois petits avaient déjà été filmés en bordure de route dans le quartier Chabot.

Comment se débarrasser de ces sangliers un peu trop envahissants ?

“On va déjà essayer de leur enlever leur casse-croûte" explique Noel Invernizzi, adjoint à l’urbanisme à la mairie de Saint-Claude. “Nous allons petit à petit supprimer les poubelles individuelles dans les quartiers pour y mettre des conteneurs semi-enterrés”. "Ces sangliers viennent chercher à manger en ville. Les sols sont restés gelés pendant près d’un mois, ils ne trouvent pas en forêt ce dont ils ont besoin” dit-il. Des aliments ont été déposés également en forêt pour ramener les sangliers vers ce lieu et permettre à la société de chasse d’intervenir.

Une laie peut donner naissance à 10 petits marcassins

Ne pas nourrir les sangliers, ne pas les approcher, voici les premiers conseils à respecter. La police précise qu'un arrêté préfectoral a été reconduit jusqu’en février 2022 pour autoriser le prélèvement des sangliers sur les communes de Saint-Claude et Villard-Saint-Sauveur. La direction départementale des territoires (DDT 39) est en charge de la problématique des sangliers du secteur, afin de réguler au mieux leur présence.

À Besançon (Doubs), en décembre 2012 un sanglier avait dû être abattu en pleine ville. Après avoir échappé aux chasseurs, il s’était réfugié dans une cage d’escalier. Les animaux n'hésitent pas s'approcher des habitants aujourd'hui encore. En janvier, dans le quartier de Velotte à Besançon, des jardins ont reçu la visite de sangliers. Avec les dégâts qui vont avec !