Zones humides : on vous explique pourquoi il est urgent de les restaurer

Le 2 février 2023 est la Journée mondiale des zones humides. Le maitre-mot de cette édition 2023 est la restauration. L’urgence de cette restauration n’est plus discutée. Après des décennies de destruction, place à la réparation.

Les milieux humides sont au cœur de nombreux enjeux écologiques, économiques et sociaux. Lac, tourbière, marais... Chaque année de nombreuses zones humides disparaissent au profit de l’activité humaine. Pourtant ce sont des écosystèmes très utiles pour répondre aux crises de climat, d’eau ou de biodiversité, que nous traversons actuellement. 

Que sont des zones humides ?

Les zones humides sont des étendues de marais, de fagnes, de tourbières ou d’eaux naturelles ou artificielles, permanentes ou temporaires, où l’eau stagne ou court, douce, saumâtre ou salée.

Le Haut-Doubs abrite essentiellement des tourbières. En plaine, en Franche-Comté, on compte de nombreux lacs, marécages et marées. Daniel Gilbert est un spécialiste des zones humides. Pour lui, nous payons aujourd’hui des années d’aberrations et de destructions.

On a eu 70 ans de comportements catastrophiques sur l’environnement en France. Au profit des activités humaines et une loi dans les années 70 a beaucoup fait de mal à notre écosystème. Les ingénieurs étaient payés aux travaux.

Daniel Gilbert

Abatage massif de haies, curage des cours d’eau et effacement de leur sinuosité pour une évacuation rapide de l’eau, drainage des tourbières… autant d’actions néfastes pour l’environnement. "On estime que un tiers des tourbières du Haut-Doubs a disparu depuis le 18e siècle", nous explique le spécialiste.

Une tourbière est un milieu humide d’eau douce mal drainé dans lequel des matières organiques végétales, en décomposition ou décomposées, sont présentes. De plus, la tourbe est un réservoir de carbone. En asséchant et détruisant les tourbières, on permet à ce carbone de s’échapper dans l’atmosphère.

Un programme a été créé pour réparer les erreurs du passé. Le programme « Life Tourbières du Jura ».

Qu’est-ce que le programme Life ?

Depuis 1992, Life pour « L’Instrument Financier pour l’Environnement » est un des principaux outils financiers de l’Union européenne utilisé au titre de sa politique environnementale. Il soutient des projets dans toute l’UE en faveur de la conservation de l’environnement et de la nature.

Pour rappel, le Jura franco-suisse est l’un des territoires les plus riches en tourbières d’Europe. On y compte 600 zones tourbeuses. Les tourbières occupent 3% de la surface du globe terrestre, mais contiennent 30% du carbone stocké dans les sols.

En Franche-Comté, la quasi-totalité des tourbières ont été dégradées par l’homme, et une tourbière dysfonctionnelle c’est 30 tonnes de carbone rejetées par hectare et par an, l’équivalent de quatre fois le tour de la terre en voiture.

Si on laisse ces tourbières se dégrader et du coup le carbone s’échapper dans l’atmosphère, on va amplifier encore davantage le changement climatique et c’est un peu une bombe à retardement.   

Emilie Calvar, coordinatrice du programme « Life Climat Tourbières du Jura »

Le programme « Life Tourbières du Jura » s’attèle à réhabiliter ces tourbières malades. Le Haut-Doubs est ainsi une région pilote pour la restauration. Les scientifiques surveillent désormais trois éléments.

► La biodiversité : les tourbières recèlent de trésors et d’espèces animales et végétales originales. Des espèces protégées de faune et de flore.

► L’eau : les tourbières sont des retenues d’eau potable en quantité et de qualité.

► L’enjeu carbone : le carbone des tourbières doit être stocké et ne pas s’échapper.

Une zone humide qui reprend ses droits

Drainées et asséchées, les tourbières ont disparu au profit d’habitations, d’immenses parkings, d’aérodromes. Elles étaient considérées comme de la place perdue. Elles sont pourtant essentielles et vitales.

Aujourd’hui, une maquette en 3D exploitée par les chercheurs, permet de connaître la circulation de l’eau de la tourbière. Des barrages bien positionnés permettent ensuite aux ruisseaux d’être contenus. La pluie l’est aussi.

En 7 ans, 52 zones humides ont été restaurées. Le programme, renouvelé pour 7 ans devrait redonner un aspect respectable à 70 nouvelles tourbières.

Les dégâts sont très grands, mais en Franche-Comté il y a une prise de conscience. On trouve de l’écoute, les gens ont compris. Mais ça prend du temps.   

Daniel Gilbert

L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité