Maligny : de très nombreux cadavres de chiens et de chats ont été retrouvés chez un éleveur

Publié le Mis à jour le
Écrit par B.L.

Des cadavres d’animaux ont été découverts morts de faim et de soif dans leurs cages dans un élevage de Côte-d’Or. L’éleveur a été interpellé. Il a été placé sous contrôle judiciaire en attendant son procès.

Les faits ont été découverts dimanche 10 mars 2019 dans un élevage de chiens, situé au Hameau de Neuilly, à Maligny, à environ 60 kilomètres de Dijon. L’élevage Lou Pantaï accueille aussi des animaux en pension.



Respectons, une association de protection animale, a déposé plainte contre le propriétaire de la pension.



 







Au total, 17 cadavres de chiens et 2 cadavres de chats ont été découverts dans leurs cages.



Il y avait aussi une trentaine de survivants, qui ont été évacués vers les SPA de Messigny, Autun, l’association Respectons et d’autres structures ce mercredi 13 mars. Un service d’équarrissage s'est rendu sur les lieux pour enlever les cadavres d’animaux. 



Un charnier contenant "une quantité conséquente de chiens enterrés" a aussi été trouvé dans le corps de ferme , dit Patrick Sacco, responsable de l’association Respectons.



L'éleveur n'avait jamais fait parler de lui depuis qu'il a ouvert sa pension pour animaux il y a 20 ans. Il a comparu devant le TGI de Dijon ce mercredi. Face à cet homme dépassé par des problèmes personnels, une expertise psychiatrique a été demandée.

Le juge a décidé de reporter l’audience au mardi 23 avril.



Plusieurs associations de protection animale ont annoncé qu’elles se portaient partie civile.



 

Le reportage d’Anne Berger, Anthony Borlot et Chantal Gavignet avec :

-Sylvie Boillot, le Refuge de Jouvence

-Patrick Sacco, responsable de l’Association Respectons

-Me Pierre-Vincent Connault, avocat de l'éleveur



 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité