Une migration exceptionnelle de Geais des chênes traverse la Franche-Comté

© Jean-Stéphane Maurice - Naturae
© Jean-Stéphane Maurice - Naturae

À la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO), c'est la stupéfaction. Jamais les observateurs n'ont vu autant de Geais des chênes durant les comptages des migrations d'automne. Plus de 10 000 individus sont passés au-dessus de la région depuis le 9 octobre. Quelques explications sont avancées. 

Par Jean-Stéphane Maurice

Avec son plumage rosé et ses ailes bleues et noires, c'est l'un des plus beaux oiseaux de Franche-Comté. On le surnomme "la sentinelle de la forêt". Au moindre danger potentiel, il alerte tous les habitants en poussant un cri strident.

Depuis le début du mois d'octobre, la LPO effectue des comptages pour les migrations d'oiseaux sur son site d'observation de Pont-de-Roide (25). Nous sommes dans la saison des migrations post-nuptiale, mais un phénomène marquant s'observe chez nous et un peu partout en Europe. Les ornithologues sont unanimes. Il s'agit d'une migration rarement observée : une invasion de Geais des chênes. Le terme d'invasion doit être pris en considération uniquement en terme nombre d'oiseaux. Ces derniers n'engendrent pas de dégâts et ne font que passer.
 
© Claude Nardin
© Claude Nardin
 

Les précédents grands flux de migrations datent de 1990 et 2010. Pour cette dernière date, on avait comptabilisé environ 3 000 individus. Depuis le 09 octobre, on estime qu'une dizaine de milliers de Geais sont passés par la Franche-Comté et ce n'est pas fini.

 
© Christian Peltier
© Christian Peltier

Samuel Maas de la LPO de Franche-Comté suit avec la plus grande attention ce phénomène exceptionnel. Les Geais en migration viennent de tout le nord-ouest de l'Europe. Pour l'instant, les raisons ne sont pas connues, mais pour l'ornithologue franc-comtois, deux hypothèses sont avancées. Une mauvaise fructification des chênes dans le nord de l'Europe pourrait avoir entraîné un manque de nourriture. De plus, une petite vague de froid en septembre sur la Finlande, la Suède et la Norvège pourrait expliquer ce départ massif. Mais ce ne sont que des supputations sur lesquels les spécialistes travaillent. 
 
© Jacques Dubois
© Jacques Dubois


Il est important de préciser que ce passage extrêmement important d'oiseaux prenant la direction du sud de l'Europe ne concerne pas les Geais de Franche-Comté qui eux sont sédentaires. Ils font des migrations de petites distances en quittant par exemple les forêts de Pontarlier à l'arrivée du froid pour les plaines de Haute-Saone. 

Le Geai est un oiseau de grande importance pour la forêt, car il en est le meilleur forestier. Durant l'automne, il va enfouir des glands de chênes pour l'aider à passer l'hiver lorsque la nourriture viendra à manquer. Il ne retrouve pas toujours toutes ses cachettes et contribue ainsi à la reforestation.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Sport : on a testé... le mölkky !

Les + Lus