Ancien député et président du conseil général de la Nièvre, Bernard Bardin est décédé

Bernard Bardin, ancien député et président du conseil général de la Nièvre, est décédé à l'âge de 88 ans. Figure emblématique de la vie politique nivernaise, il a œuvré pour développer ce territoire où il a toujours vécu.

Pendant près de 30 ans, Bernard Bardin a été un personnage central de la vie politique nivernaise. Maire de Clamecy, député et président du conseil général, l'ancien dirigeant socialiste est décédé le 2 février à l'âge de 88 ans. 

Sur les réseaux sociaux, le Parti Socialiste de la Nièvre a salué la mémoire d'un "homme de gauche". "Nous perdons un camarade, un ami et une figure historique de la vie politique nivernaise".

Toute sa vie, Bernard Bardin est resté fidèle au département de la Nièvre. Il est né le 2 août 1934 à Cervon, à quelques kilomètres de Clamecy. Professeur de mathématiques au collège de la cité clamecycoise, il est élu maire de la ville en 1977. Une fonction qu'il occupera durant 31 ans.

Président du conseil général pendant 15 ans

Bernard Bardin construit son parcours dans les pas de François Mitterrand. Assistant parlementaire puis suppléant du futur président de la République, il lui succède en tant que député de la 3e circonscription de la Nièvre en 1981. Réélu à deux reprises, il siège à l'Assemblée Nationale jusqu'en 1993. 

En plus de ses mandats municipaux et nationaux, Bernard Bardin s'implique aussi à l'échelle départementale. Conseiller général dès 1976 (sa première fonction locale), il occupe la présidence du département de la Nièvre pendant 15 ans (1986-2001). 

La volonté de développer le territoire nivernais

Dans ces divers mandats, Bernard Bardin est guidé par la volonté de développer le territoire nivernais, tant sur le plan économique, touristique et culturel. Ainsi, à Clamecy, il crée la médiathèque, agrandit le musée d'art et d'histoire Romain Rolland et contribue à l'implantation de l'entreprise Jacquet.

Sous sa présidence du conseil général, la Nièvre accueille pour la première fois le Grand Prix de France de Formule 1 à Magny-Cours en 1991. Par ses qualités de diplomate, Bernard Bardin a permis le vote des subventions nécessaires pour créer le circuit. 

Le 26 février 1993, Bernard Bardin avait accueilli les caméras dans son fief de Clamecy (Nièvre).

durée de la vidéo : 00h02mn17s
Portrait de Bernard Bardin dans la mairie de Clamecy en février 1993 ©INA