Généraliste suspendu à Fourchambault : un cabinet médical éphémère évite à 5 000 patients de se retrouver sans médecin

En janvier 2024, le docteur Patrick Gautheron, généraliste à Fourchambault (Nièvre), était suspendu pendant un an par le conseil national de l'Ordre des médecins. La commune a donc dû s'adapter afin de ne pas laisser quelque 5 000 patients sans médecin.

La décision avait fait l'effet d'une petite bombe. Le 1er janvier dernier, le conseil national de l'Ordre des médecins suspendait le docteur Patrick Gautheron, généraliste à Fourchambault (Nièvre), à la suite d'une enquête ayant révélé des anomalies dans l'exercice de son activité. Conséquence, près de 5 000 personnes s'étaient retrouvées, du jour au lendemain, sans médecin.

Une situation qui n'avait pas manqué de susciter l'inquiétude des patients. "Pour suspendre un médecin, il y a des raisons certainement, des problèmes administratifs. Mais nous, les patients, on se retrouve orphelins de médecin et c'est très embêtant", résumait alors Florence, une habituée du docteur Gautheron. Pour ne pas les laisser sans solution, l'Agence régionale de santé (ARS) avait donc imaginé un système de cabinet éphémère.

Cabinet éphémère qui, quelque trois mois plus tard, est toujours en place. "Aujourd'hui, grâce à la mobilisation de tous, le pic de la crise est passé", détaille Régis Dindaud, directeur territorial de l'ARS dans la Nièvre. "Les patients sont accueillis cinq demi-journées par semaine, à raison d'une vingtaine de consultations par demi-journée."

"Les médecins sont satisfaits et la population également"

Concrètement, le cabinet a été installé dans les locaux d'une ancienne école, déjà utilisé lors de la pandémie de Covid-19 comme centre de vaccination. Il fonctionne grâce à la présence de cinq médecins et plusieurs infirmières. "C'est vraiment la première fois que les milieux médical et paramédical, ainsi que les pharmaciens de Fourchambault et quelques infirmières libérales, travaillent à ce point ensemble", salue le maire (PS) de la commune, Alain Herteloup.

► À LIRE AUSSI - "Demander un peu à beaucoup de médecins" : Médecins solidaires va ouvrir un centre dans la Nièvre, la solution aux déserts médicaux ?

L'objectif est désormais de garder le cabinet ouvert jusqu'à l'été. "La formule a très bien fonctionné", souligne l'élu. "Les médecins sont satisfaits et la population également. Elle attend seulement que le système se préennise, c'est pour ça qu'on n'a pas fermé au bout de trois mois. On va donc continuer, en réduisant cependant un peu la voilure."

Les patients se sont aussi répartis chez d'autres médecins. On va continuer à raison de 3 demi-journées par semaine jusqu'à l'été, et ensuite on essaiera de poursuivre pour la rentrée.

Alain Herteloup,

maire (PS) de Fourchambault

"Aujourd'hui, l'idée est d'assurer le service tout en évitant un rebond", abonde Régis Dindaud. Quitte à assurer ledit service une fois l'été passé ? "On construit pas à pas", assure le directeur territorial de l'ARS. "On peut effectivement imaginer capitaliser sur le fonctionnement mis en place, mais il faut qu'on arrive à trouver un mode de financement durable avec les collectivités et l'assurance maladie."

Une possibilité qui n'est pas non plus pour déplaire au maire de Fourchambault : "on n'en est pas encore là, mais ce n'est pas exclu qu'on réfléchisse à monter une structure à cet endroit-là par la suite." À noter que le docteur Gautheron restera suspendu jusqu'à fin 2024, mais pourra reprendre son activité l'an prochain.