• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Châtillon-en-Bazois : un couple a été retrouvé tué par arme à feu

Illustration. / © Guillaume Bonnefont/IP3/MAXPPP
Illustration. / © Guillaume Bonnefont/IP3/MAXPPP

Les cadavres d’un homme et d’une femme ont été retrouvés dans leur maison à Châtillon-en-Bazois, dans la Nièvre, jeudi 9 mai 2019.
 

Par B.L.

Un couple a été retrouvé mort à son domicile de Châtillon-en-Bazois, à une quarantaine de kilomètres de Nevers, selon une information du Journal du Centre.

"C’est un proche qui a retrouvé l’homme et la femme gisant dans leur sang sous leur véranda en début d'après-midi. Selon les premiers éléments, tous deux seraient morts d’un coup de feu. Un pistolet a été retrouvé sous la véranda. Des autopsies auront lieu dans les prochains jours à l'institut médico-légal de Clermont-Ferrand, a déclaré le vice-procureur de la République de Nevers à France 3 Bourgogne.


Robert et Martine, 64 et 60 ans, présentent des blessures au niveau de la tête. S'agit-il d'un drame familial ou d'un acte crapuleux ? Pour le moment, on ignore encore les détails de ce drame. 

Après le passage des techniciens de l’identification criminelle, les gendarmes poursuivent les enquêtes de voisinage. C'étaient des voisins sans problèmes, témoignent des riverains. Lui était plombier retraité et elle éducatrice au centre social du village.
 
Le reportage de Rémy Chidaine, Tania Gomes et Patrick Jouanin avec :
-des voisins
-Paul-Édouard Lallois, vice-procureur de la République de Nevers
 

Aucune trace d’effraction n'a été retrouvée au domicile 


"Nous avons ouvert une enquête en recherche des causes de la mort pour déterminer dans quelles circonstances ces deux personnes sont décédées. Pour l’instant, il ne s’agit pas d’un cadre criminel, mais nous ne fermons aucune porte et ce cadre peut évoluer à tout moment en fonction des éléments de l’enquête", précise Paul-Edouard Lallois, vice-procureur de la République de Nevers.

Cela dit, "les gendarmes n’ont pas trouvé de traces d’effraction, ce qui laisse à penser que les coups de feu auraient été tirés par l’un des deux. Une des hypothèses pour le moment est celle d’un coup de feu tiré par l’un des deux qui aurait retourné l’arme contre lui-même", précise le vice-procureur de la République.
.



 



 

Sur le même sujet

Dole : du foot mixte au lycée

Les + Lus