Que prévoit le projet VFCEA de Voie ferrée Centre Europe Atlantique ?

Le projet de Voie ferrée Centre Europe Atlantique (VFCEA) a pour but d‘améliorer les liaisons pour les voyageurs et les marchandises en évitant  la grande ceinture Île-de-France déjà surchargée. Pour cela d’importants travaux doivent être réalisés en Bourgogne.

Par Muriel Bessard

Quels aménagements sont prévus par le projet de Voie Ferrée Centre Europe Atlantique ? 


Le projet de Voie ferrée Centre Europe Atlantique (VFCEA) est porté par SNCF Réseau. Il nécessite plusieurs types de travaux :
  • La modernisation de la liaison ferroviaire existante entre Nevers (Nièvre) et Chagny/Corpeau (Saône-et-Loire) : électrification, passages à niveau, ponts, tunnel etc.) dans le but de créer une nouvelle transversale pour les marchandises
  • La réalisation d’une gare de correspondance TER-TGV au niveau de la gare du Creusot-Montceau-Montchanin qui permettra d’améliorer la liaison TGV Nantes-Tours-Lyon
  • La création d’un raccordement pour offrir un nouvel itinéraire pour les TGV entre Strasbourg et Lyon par Le Creusot-Montceau-Montchanin

Quels sont les enjeux du projet ?


  • Augmenter le nombre de voyageurs. SNCF Réseau table sur 35.000 voyageurs/an en plus sur les TER et 74.000 voyageurs/an en plus sur les lignes grande distance pour 2025
  • Etre plus écologique en économisant de l’ordre de 188 500 TeC (tonnes équivalent carbone) en 30 ans. Aujourd’hui des Trains Express Régionaux sur la ligne Nevers-Chagny fonctionnent au diesel. Le projet de la VFCEA permettrait de faire circuler des TER électriques plus respectueux de l’environnement. Par ailleurs, le projet permettrait de reporter des trafics routiers (véhicules particuliers et poids lourds) vers le rail.
  • Etre plus pratique et confortable pour les voyageurs : le raccordement de la ligne à hauteur de la gare du Creusot-Montceau-Montchanin TGV et une halte d’interconnexion TER-TGV permettraient de proposer des correspondances TER-TGV directes, aujourd’hui inexistantes. La halte serait positionnée en face des quais TGV existants. L’électrification de la ligne et son raccordement permettraient un nouvel itinéraire aux TGV Strasbourg-Lyon.
  • Etre plus rapide : Le gain de temps serait de 2 à 8 minutes entre Strasbourg et Lyon, permettant d’envisager des arrêts supplémentaires sur l’axe Rhin-Rhône.
  • Etre plus adapté aux transports de marchandises en gabarit international. L’axe constituerait alors une alternative au passage par la Grande Ceinture Sud de Paris, aujourd’hui saturée à certaines heures.
  • Répondre à des besoins pour le fret local et accompagner le développement des trafics entre la façade atlantique (notamment les ports de Nantes-Saint-Nazaire et La Rochelle), les axes Saône-Rhône et Rhin ainsi que l’Europe du Nord et l’Italie.


Une quarantaine de rencontres seront proposées au public


Sur ces sujets, les habitants des zones concernées sont appelés à débattre au cours d’une 40aine de rencontres publiques dans la Nièvre, en Saône-et-Loire et en Côte-d’Or. Les rencontres thématiques aborderont plus particulièrement les sujets suivants, à l’échelle locale
et nationale :
  • Le rôle du projet VFCEA dans la dynamique du fret national
  • Les impacts environnementaux et les effets du projet sur le trafic voyageurs TGV et TER-TGV
  • Le coût du projet et sa rentabilité

Que se passera-t-il à l'issue des consultations ? 


À l’issue de toutes les réunions organisées dans le cadre du débat public, un bilan sera remis par la Commission Nationale du Débat Public. Le maître d’ouvrage SNCF Réseau prendra alors une décision sur la poursuite ou non du projet en précisant les mesures jugées nécessaires pour répondre aux enseignements du débat public
Si le projet est poursuivi à l’issue du débat public, SNCF Réseau engagera les phases ultérieures d’études, de procédures administratives et de concertation.
Aucune date de mise en service n’est annoncée pour le moment.

Quel est le calendrier des prochaines rencontres en Bourgogne ?


  • 5 janvier : réunion publique générale à Nevers 19h à 22h (Palais Ducal, salles Henriette et Mazarin 1 place de l’Hôtel de ville)
  • 16 janvier de 18h 30 à 21h à Decize (salle Théodore Gérard, rue Levée Loire)
  • 17 janvier de 18h 30 à 21h à Luzy (salle des fêtes Marcel Joyeux rue des Remparts)
  • 18 janvier de 18h 30 à 21h à Nevers (Palais Ducal, salle Mazarin 1 place de l’Hôtel de ville)
  • 23 janvier : Cercle de travail à Nevers sur les enjeux économiques du fret ferroviaire pour le tissu productif régional. Réunion de 18h 30 à 21h (Palais Ducal, salle Mazarin 1 place de l’Hôtel de ville)
  • 27 janvier : Réunion publique thématique à Dijon sur le phasage et la faisabilité financière et économique du projet. Réunion de 19h à 22h (Grand hôtel la Cloche, 14 place Darcy)
  • 28 janvier : Visite de terrain sur les lieux du raccordement à Écuisses de 11h à 13h. Rendez-vous salle des fêtes (64 route du canal) + atelier thématique sur les impacts environnementaux et humains des différents scenarii de raccordement envisagés entre la LGV Paris-Lyon et la ligne Nevers-Chagny. Atelier de 14h à 17h (salle des fêtes, 64 route du canal)
  • 1er février : cercle de travail à Santenay sur les impacts de la modernisation du projetsur l’activité viticole. Réunion de 18h 30 à 21h (salle des fêtes, rue du Rognier)
  • 2 février : Cercle de travail à Chalon-sur-Saône sur les enjeux économiques du fret ferroviaire pour le tissu productif régional de 18h 30 à 21h (salle des fêtes le clos bourguignon 12 avenue Monnot)
  • 7 février : atelier thématique sur les enjeux d’un projet au Creusot d’une gare de correspondance TER-TGV. Atelier de 18h 30 à 21h (Centre universitaire Condorcet 720 avenue de l’Europe)
  • 9 février : réunion publique générale à Montchanin de 19h à 22h (salle des fêtes le Moderne 102 avenue de la République)
  • 14 février : atelier thématique à Mâcon sur les impacts de la réalisation d’un raccordement à la gare Le Creusot-Montceau-Montchanin sur le trafic voyageurs TGV à l’échelle nationale. Atelier de 18h 30 à 21h (salle des congrès (Parc Expo), 9 rue Mathieu)
  • 15 février : atelier thématique à Torcy sur la modernisation de la ligne Nevers-Chagny (électrification, mise à gabarit et système de télécommunication mobile), les impacts sur l’environnement et les effets sur le trafic voyageurs à l’échelle régionale. Atelier de 18h30 à 21h (centre Culturel C2, 24 avenue du 8 mai 1945)
  • 16 février : atelier thématique à Beaune sur la modernisation de la ligne Nevers-Chagny (électrification, mise à gabarit et système de télécommunication mobile), les impacts sur l’environnement et les effets sur le trafic voyageurs à l’échelle régionale. Atelier de 18h30 à 21h (Tour Marie de Bourgogne, bd Perpreuil, porte Marie de Bourgogne)
  • 14 mars : réunion publique de clôture au Creusot de 19h 00 à 22h (salle polyvalente Alto, 2 avenue François Mitterrand)

Les chiffres clés du projet


  • Un coût global estimé à 560 millions d’euros (valeur 2012)
  • 45 communes traversées par le projet dans la Nièvre, en Saône-et-Loire et en Côte-d’Or dans la région Bourgogne-Franche-Comté
  • 160 km de double voie existante entre Nevers et Chagny, à électrifier
  • Un raccordement à la LGV Paris-Sud-Est de 5 à 6 km à créer
  • Une gare de correspondance TER-TGV à implanter au droit de la gare du Creusot-Montceau-Montchanin TGV
  • Environ 300 millions d’euros inscrits au contrat de Plan État-Région 2015-2020

 

=> pour en savoir plus sur le dossier, consulter le dossier de SNCF Réseau


(Dossier réalisé avec les données de SNCF Réseau)

A lire aussi

Sur le même sujet

29e édition de la Foulée des Vendanges à Savigny-les-Beaune

Les + Lus