Rugby: "Je vais te brûler mangeur de bananes", après des insultes contre un joueur de Nevers, il est suspendu 7 mois

Les faits se sont produits lors du match entre Provence Rugby et Nevers, le vendredi 4 septembre. En plein match, Christian Ambadiang, ailier de Nevers, était victime d'insultes racistes. La commission de discipline a décidé d'une suspension de 26 semaines contre l'auteur de ces insultes.

"Je vais te brûler mangeur de bananes". Ce sont les mots qu'a entendus Christian Ambadiang, à son encontre, lors du match de Pro D2 entre Provence Rugby et l'USON, le vendredi 3 septembre 2021.

Près de deux semaines plus tard, ce jeudi 16 septembre, Ludovic Radosavljevic, auteur de ces insultes racistes, vient d'être suspendu pour une durée de 26 semaines de matches de compétition officielle.

La Ligue Nationale de Rugby (LNR), l'a reconnu responsable d' "infractions verbales et provocations" et plus particulièrement d' "agression verbale".

Dans son communiqué, la LNR précise : "Compte-tenu de la particulière gravité de la situation et de la nature des faits qui lui sont reprochés, la Commission de discipline et des règlements a déterminé le point d'entrée de l'infraction à 52 semaines, soit la sanction maximale encourue.

Après prise en compte de la reconnaissance spontanée par le joueur des faits qui lui sont reprochés une fois la rencontre terminée, sur les réseaux sociaux et à l'audience, de la reconnaissance de sa culpabilité, de son casier disciplinaire vierge et de l'expression de remords avant l'audience et à l'audience, la sanction a été réduite par la Commission de 26 semaines de matches de compétition officielle".

Le joueur manquera donc sept mois et demi de compétition.

Une insulte en plein match

Sur la pelouse du stade Maurice David, à Aix-en-Provence, ces propos injurieux étaient passés inaperçus pendant la rencontre de la deuxième journée de championnat. C'est Christian Ambadiang, lui-même, qui s'était exprimé en premier sur le sujet via les réseaux sociaux.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Christian Ambadiang (@chrisfrank_11)

 

Des excuses rapides, privées puis publiques

Dans les couloirs du stade, à la fin du match, le joueur coupable, Ludovic Radoslajlevic présentait ses excuses à son adversaire. Il expliquait avoir agi comme cela "suite à un enchaînement d'événements dans un contexte de match tendu" et assure "que [ses]mots avaient dépassé [sa] pensée".

Quelques jours plus tard, et également sur Twitter, il avait publié un message. Dans ce dernier, il demandait pardon à "Christian Ambadiang, à son club, à ma famille, à mes coéquipiers, à mon staff, mes dirigeants, aux licenciés du club, aux bénévoles, à tous nos supporters et aux partenaires du club".

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Rado Ludo (@radoludo84)

Une saisie extraordinaire entre FFR et LNR

Le lundi 6 septembre, trois jours après l'agression, la Fédération Française de Rugby (FFR) et la Ligue Nationale de Rugby (LNR) avaient conjointement décidé de saisir la commission de discipline et des règlements. Un fait rare dans le rugby professionnel.

Ce mercredi 15 septembre, les différents acteurs étaient donc entendus à Paris, devant ladite commission de discipline. Accompagné par son Président, Régis Dumange, et son coéquipier Romaric Camou, Christian Ambadiang a livré sa version des faits. 

Son homologue aixois, Ludovic Radoslajlevic, était également présent en compagnie de son manager Mauricio Reggiardo. La sanction est finalement tombée le lendemain, ce jeudi 16 septembre. Après sa suspension de 26 semaines, il devrait prendre part aux deux dernières journées du championnat de Pro D2. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
uson nevers rugby rugby sport justice société pro d2