Le tribunal de commerce de Nevers place la clinique de Cosne-sur-Loire en redressement judiciaire

© France 3 Bourgogne
© France 3 Bourgogne

L'avenir de la clinique de Cosne-sur-Loire est toujours en suspens. Lundi 18 novembre 2019, l'établissement a été placé en redressement judiciaire par le tribunal de commerce de Nevers. Le personnel et les élus voudraient voir le groupe Kapa Santé céder le site, mais la question est complexe.

Par CJ

Mercredi 13 novembre 2019, on apprenait la décision prise par la direction de la clinique de Cosne-sur-Loire de déposer le bilan de l'établissement dans les 15 jours. Cette  décision faisait suite à une autre annonce : celle de l'ARS, quelques jours plus tôt concernant la suspension de l'activité de chirurgie en raison de dysfonctionnements relevés au cours de plusieurs inspections.

Des manquements répétés à la sécurité des soins avaient été constatés, et l'ARS donnait 6 mois à la clinique pour y remédier. Le groupe Kapa Santé a estimé que "les délais exigés rendaient impossible la correction de toutes les anomalies retenues" et a annoncé, en conséquence, un dépôt de bilan et le licenciement de la totalité du personnel. 

Un coup dur pour tous les salariés de la clinique mais aussi pour la population et les élus qui ont vivement réagi.  Samedi 16 novembre après-midi un immense cortège a défilé dans les rues de Cosne-sur-Loire. Quelques 1 500 personnes - les salariés et des élus de la Nièvre, de l'Yonne, et du Cher - sont venues protester contre la fermeture de la clinique.
 
© France 3 Bourgogne
© France 3 Bourgogne

Lundi 18 novembre, les représentants du personnel avaient rendez-vous au tribunal de commerce pour examiner la demande de liquidation de l'établissement par leur employeur. Le tribunal a rejeté cette demande et a opté pour le redressement judiciaire afin de tenter de trouver un repreneur.

Mais cette reprise est problématique car les murs de l'établissement appartiennent au groupe Kapa Santé et une partie des bâtiment est louée à l'hôpital. Les bâtiments, acquis à l'euro symbolique en 2009, sont gérés par une société immobilière.

Le groupe continue à encaisser plusieurs centaines de milliers d'euros de loyers de l'hôpital chaque année. Même si les élus locaux cherchent une solution et se disent prêts à participer à un éventuel rachat, la situation s'avère compliquée.

D'autres groupes de cliniques devraient être contactés dans les prochains jours pour trouver de nouvelles pistes. Le prochain rendez-vous au tribunal de commerce est fixé au 16 décembre.

Reportage : R. Chidaine - T. Gomez
Montage :  Carlos Zappalá
avec
- Christelle Sureau : Représentante du personnel (CFDT)
- Michel Veneau : Maire de Cosne-Cours-sur-Loire (DVD)
- Perrine Goulet : Députée de la Nièvre (LREM)

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus