• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Nièvre : Guy Ligier s'est éteint à l'âge de 85 ans

Guy Ligier, ancien patron de l'écurie de Formule un du même nom, le 15 novembre 2004. / © maxppp
Guy Ligier, ancien patron de l'écurie de Formule un du même nom, le 15 novembre 2004. / © maxppp

Guy Ligier, ancien pilote et fondateur de l'écurie de Formule 1 éponyme, est décédé dans sa résidence de Saint-Parize-le-Châtel, dans la Nièvre, ce dimanche 23 août 2015. Une figure emblématique du sport automobile s'est éteinte. Il était également très attaché au circuit de Magny-Cours.

Par M. Ba avec AFP

Un passionné de sport 

Né le 12 juillet 1930 à Vichy, dans l'Allier, Guy Ligier a disputé 12 Grands Prix de F1 avant de fonder son écurie en 1976. Il aura ses plus grands succès sportifs à la tête de son équipe. Son pilote-fétiche était Jacques Laffite. Ce dernier a remporté six GP de F1 dans des Ligier bleues portant toutes les initiales JS pour Jo Schlesser, un grand ami de Ligier, et équipées de moteurs Matra ou Ford-Cosworth. Deux autres pilotes français ont gagné dans une Ligier à cette époque-là, les regrettés Patrick Depailler et Didier Pironi.

C'est aussi dans une Ligier, mais équipée d'un moteur Mugen-Honda, qu'Olivier Panis a remporté en 1996 le GP de Monaco, sa seule victoire en F1 et la dernière d'une Ligier dans la catégorie-reine du sport automobile. Après 326 GP disputés entre 1976 et 1996 (pour 9 victoires, 9 pole positions et 50 podiums), Ligier, alors en grande difficulté financière, a été rachetée par Alain Prost. Le quadruple champion du monde de F1 l'a rebaptisée Prost GP mais n'a jamais réussi à obtenir une victoire en 83 GP disputés de 1997 à 2001.

Guy Ligier aux 24 heures du Mans en 2014, aux côtés de Jacques Nicolet / © AFP PHOTO / JEAN FRANCOIS MONIER
Guy Ligier aux 24 heures du Mans en 2014, aux côtés de Jacques Nicolet / © AFP PHOTO / JEAN FRANCOIS MONIER


A l'origine du circuit Magny-Cours

Grand ami de Guy Ligier, François Mitterrand, devenu président de la République, a incité l'Etat et les collectivités locales à investir beaucoup d'argent public dans le circuit de Magny-Cours, près de Nevers, pour qu'il accueille le GP de France de F1, de 1991 à 2008. Mais la fidélité de Guy Ligier pour la Nièvre ne s'est jamais démentie. En 2010, il entrait au capital du circuit de Magny-Cours. Sans relâche, il plaidait pour le retour du Grand Prix de France dans le calendrier de la F1.

Son héritage

Les héritiers de Guy Ligier se sont lancés dans la fabrication de voiturettes sans permis, très demandées sur le marché européen. Plus récemment, l'entrepreneur Jacques Nicolet a relancé la marque dans le sport automobile, avec l'accord de son fondateur, en baptisant Ligier des prototypes participant aux 24 Heures du Mans et au Championnat du monde d'endurance (WEC).

Le reportage C. Tarrisse et R. Guillon :
Retour sur la vie de Guy Ligier


Les réactions se multiplient en Bourgogne

Dans un communiqué de presse, François Patriat évoque sa « tristesse » à l'annonce de la disparition de Guy Ligier. « Homme de passion et de fidélité, empreint d’une grande humanité, reconnu pour sa chaleur humaine, il a su, jusqu’à son dernier souffle, relever de nombreux challenges qui ont fait rayonner la Bourgogne et la France dans le monde entier », poursuit le président de la Région Bourgogne. 

Le reportage de R. Guillon et C. Claveaux avec :
  • André Garcia, maire (SE) de Saint-Parize-le-Châtel
  • Benoît Bagur, entreprise Onroak automotive, ex Ligier-Martini
  • Jean-Philippe Belloc, pilote automobile
  • Marcel Charmant, ex-Président du Conseil Général de la Nièvre et ami de Guy Ligier
Les réactions au décès de Guy Ligier


A lire aussi

Sur le même sujet

Côte-d'Or : la canicule fait craindre le pire aux éleveurs d'escargots

Les + Lus