• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Nièvre : les éleveurs de charolais ont de plus en plus recours à la génomique

Un taureau charolais
Un taureau charolais

Déjà très utilisée par les producteurs laitiers pour améliorer la qualité du lait, depuis une dizaine d'années, la génomique animale peut désormais s'appliquer aux races à viande. Dans la Nièvre, les agriculteurs charolais y ont de plus en plus recours pour sélectionner les meilleurs taureaux. 

Par Maryline Barate

La génomique animale consiste à faire de la sélection génétique grâce au génotypage des bêtes, c'est-à-dire en faisant la cartographie complète de leurs ADN. Auparavant, les éleveurs se basaient sur la généalogie et les performances avant d'acheter un taureau. Aujourd'hui, ils peuvent avoir recours à ces index avant d'arrêter leur choix. 

Les laitiers ont été les premiers à s'emparer de cette avancée scientifique. A partir de 2001, les programmes des races Holstein, Montbéliarde et Normande l'ont intégré pour optimiser leurs reproducteurs. Objectif, améliorer la fertilité, la résistance aux mammites, la facilité de naissance et la qualité du lait...

Appliquée au charolais, cette technique pourrait là encore permettre de sélectionner les reproducteurs qui offriront la meilleure conformité aux standards de la race, seront les moins malades, qui vêleront le plus facilement et qui présenteront une viande goûteuse et tendre.

Le reportage de R. Guillon et T. Gomes avec :
  • Nicolas Bouchard, éleveur de charolais
  • Serge Miller, ingénieur à l'Institut de l'élevage
Agriculture : la génomique utilisée dans les élevages charolais
Cette technique scientifique qui permet déjà d'améliorer la qualité du lait est désormais utilisable pour les races à viande comme la charolaise. Objectif, améliorer les bovins tant sur le plan gustatif que sur la santé des troupeaux.

 

Sur le même sujet

Portrait : Anthéa Lamine finaliste BFC du concours de chant

Les + Lus