Paray-le-Monial inaugure une stèle en hommage aux victimes de l’amiante

© Damien Boutillet
© Damien Boutillet

Cette stèle inaugurée ce jeudi matin à Paray-le-Monial en Saône-et-Loire est née grâce aux membres du Caper, le Comité amiante, prévenir et réparer. Une 2nde stèle sera également inaugurée pour les victimes du travail.

Par Muriel Bessard

La stèle a été installée entre la rue de Bourgogne et l’avenue de Chalon à Paray-le-Monial, à quelques km de là où était implantée l’usine Eternit de Vitry-en-Charollais. Une usine de production d’amiante-ciment dont plus de 100 salariés sont morts des suites d’une exposition à l’amiante.

Paray-le-Monial inaugure une stèle en hommage aux victimes de l’amiante
Cette stèle inaugurée ce jeudi matin à Paray-le-Monial en Saône-et-Loire est née grâce aux membres du Caper, le Comité amiante, prévenir et réparer. Une 2nde stèle sera également inaugurée pour les victimes du travail. Reportage de Damien Boutillet, Romy Ho-a-Chuck avec Henri Degrange, vice-Président du Comité Amiante Prévenir et Réparer Bourgogne (CAPER), Paul Gueth, membre du CAPER et Jean-François Borde, président du Comité Amiante Prévenir et Réparer Bourgogne (CAPER)


Une stèle pour ne pas oublier

La stèle est un projet engagé depuis 2003 par le Caper, Comité amiante, prévenir et réparer, une association d’aide aux victimes de l’amiante et à leur famille. Le comité basé en Bourgogne a traité près de 300 dossiers de victimes de l’amiante dans plusieurs départements (Saône-et-Loire, Nièvre, Côte-d’Or, Allier…). Pour les membres de ce comité, il était important de ne pas oublier ces victimes de l’amiante, un des plus gros scandales sanitaire du XXème siècle.

La stèle en hommage aux victimes de l'amiante et celle dédiée aux victimes du travail côte à côte / © Damien Boutillet
La stèle en hommage aux victimes de l'amiante et celle dédiée aux victimes du travail côte à côte / © Damien Boutillet


L’amiante pourrait entraîner plusieurs dizaines de milliers de décès d’ici 2030

L’amiante est un groupe de minéraux à texture fibreuse utilisés depuis la fin du XIXe siècle, grâce à ses propriétés de résistance à la chaleur, au feu, à la tension, aux agressions électriques et chimiques, ainsi que pour son pouvoir absorbant. Il a été abondamment utilisé dans les bâtiments publics, les usines… Mais dès les années 50 il est apparu que l’amiante était produit toxique : l’inhalation des fibres d’amiante engendre des cancers broncho-pulmonaires, de la plèvre et des voies digestives. Il a été interdit en France en 1997 après plusieurs années de polémiques sur ses dangers. Selon un rapport parlementaire, 35 000 décès survenus entre 1965 et 1995 seraient dus à des expositions aux fibres d’amiante et quelques dizaines de milliers de décès sont prévus entre 2005 et 2030.

Retour sur le scandale Eternit

Eternit était le premier producteur européen d'amiante-ciment. En France, il possédait 5 usines dont celle de Vitry-en-Charollais. Accusé de n'avoir pas mis en place les mesures de sécurité nécessaires pour protéger les salariés de l'exposition aux fibres d'amiante dans cinq usines du groupe Eternit, Joseph Cuvelier qui dirigea le groupe français de 1971 à 19945, a été mis en examen en 2009, à Paris, pour « homicides et blessures involontaires ». Son procès n’a jamais eu lieu. De façon plus générale, l’Andeva (association nationale de défense des victimes de l'amiante) accuse Eternit d'avoir été "l'un des artisans de la stratégie de lobbying mise en place par les industriels pour minimiser les dangers de l'amiante et retarder l'instauration de mesures réglementaires de protection des travailleurs et de la population". En 2012, à Turin, deux responsables d'Eternit ont été condamnés à 16 ans de prison.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus