Pass sanitaire ou pas ? Dans les stations de ski du Doubs et Jura, on recrute encore des saisonniers

Alors que les domaines skiables vont bientôt entamer la saison hivernale, des postes sont toujours à pourvoir notamment en accueil et en vente.

Comme chaque année, c’est la neige qui donnera le coup d’envoi de la saison. À la station des Rousses dans le Jura, on prévoit d’ouvrir les pistes le 4 décembre. Là-bas, comme pour de nombreux domaines skiables, l’attention se focalise actuellement autour du pass sanitaire. Sera-t-il obligatoire pour utiliser les remontées mécaniques ? "C'est une réflexion qui est en cours, on se pose la question et on apportera la réponse prochainement", a déclaré mardi 19 octobre Jean-Baptiste Lemoyne, le secrétaire d'Etat chargé du Tourisme Jean-Baptiste Lemoyne. Aux Rousses, on se tient prêt. "S’il faut le mettre en place au dernier moment, on le mettra en place", réagit Claire Devillers, chargée de communication de la station.  

Des difficultés à recruter

Le début de la saison hivernale approche à grand pas et le recrutement des saisonniers est aussi une source de préoccupation. "Le temps presse. Au 15 novembre s’il tombe 30 cm de neige, on ouvre les pistes et il faut que le personnel soit en place " indique Nicolas Gotorbe, le directeur de l’association Espace Nordique Jurassien qui fédère les sites nordiques sur le massif du Jura. Il observe cette année une baisse générale du nombre de candidats. "Certains saisonniers ne sont pas favorables à la vaccination et traînent un peu des pieds pour postuler. Ils préfèrent attendre" explique-t-il.

Même constat aux Rousses : "Les candidats qui n’ont pas de pass sanitaire nous demandent si celui-ci sera obligatoire….pour nous comme pour eux, ça crée un sentiment d’incertitude", explique Fabrice Lenoir, responsable administratif et ressources humaines pour la société de gestion de la station des Rousses, la Sogestar. "Pour l’instant nous ne sommes pas dans un contexte anxiogène", poursuit Fabrice Lenoir, "mais nous cherchons toujours des personnes pour l’accueil et la vente, ainsi qu’en conduite de remontées mécaniques. Pour le reste on a globalement notre effectif. En vente, une expérience commerciale est appréciée." Il reste 37% de postes à pourvoir aux Rousses.

Proposer des contrats longs

Si la question du pass sanitaire pèse cette année dans la balance, ça n’est pas le seul élément d’explication pour Nicolas Gotrobe. "La durée des contrats de travail dépend souvent de la durée de l’enneigement et d’année en année les contrats des saisonniers sont de plus en plus courts", observe-t-il.

Alors pour convaincre, les sites proposent de nouveaux services ou avantages comme de l’aide pour trouver un hébergement ou encore la possibilité d’obtenir un accès facilité aux pistes pendant les jours de congé.

Des sites s’efforcent aussi de rallonger les contrats. "À Pontarlier, ils cherchent toujours un temps plein, pour de la randonnée pédestre en été, et la gestion en hiver d’un site nordique.  À Bellefontaine aussi, ils cherchent une personne en charge de site nordique", détaille Nicolas Gotrobe.

Formation de pisteurs

Autre option, des formations payées : "Le secteur des Lacs et Montages du Haut-Doubs propose sur entretien des formations payées de pisteurs secouristes à condition que la personne s’engage sur deux ou trois saisons à travailler sur les sites nordiques". Pour les domaines skiables, rester attractif est une priorité, aussi bien pour leurs visiteurs que pour leurs travailleurs.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
emploi économie ski tourisme covid-19