• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Pourquoi Carrefour veut supprimer 1200 emplois dans ses magasins en France ?

Le groupe Carrefour a annoncé 1200 suppressions de postes en France / © Patrick Lefevre - maxPPP
Le groupe Carrefour a annoncé 1200 suppressions de postes en France / © Patrick Lefevre - maxPPP

Nouveau coup dur pour l'emploi en France. Le grand groupe de distribution souhaite se séparer de 1200 postes. Qui, quels rayons, quels services seront concernés par ces suppressions ? 

Par S.C avec AFP

L'annonce a été faite mercredi 27 mars en comité central d'entreprise. Les 1200 suppressions se feraient dans les hypermarchés en 2019. 


Combien d'emplois vont disparaître ?

 

Le chiffre de 1200 a été dévoilé en CCE. La CGT et FO parlent de 1.229 postes supprimés sur environ 60.000 salariés. Pour la CFDT les suppressions se monteraient à environ 1.300 postes".
 

Quels sont les rayons qui perdraient des postes ? 


En début d'année, Carrefour avait présenté aux partenaires sociaux un plan de transformation de ses hypermarchés. Carrefour veut se désengager progressivement des rayons non-alimentaires, déficitaires.
 

La bijouterie, le rayon multimédia, l'arrière-caisse, le service de la paie ou encore l'encadrement. Voici les secteurs qui pourraient perdre un grand nombre d'emplois, selon les syndicats CGT et CFDT.
"Le volume le plus important des suppressions est sur l'encadrement" avec plus de 500 postes de cadres concernés, a indiqué Sylvain Macé, de la CFDT Carrefour.


Comment vont se faire ces 1200 suppressions de postes ? 


Actuellement Carrefour négocie avec les organisations syndicales un accord de rupture conventionnelle collective (RCC) pour accompagner ces suppressions de postes. La signature d'un accord pourrait se faire d'ici l'été. 
Les accords RCC issus de la réforme du code du travail permettent de supprimer des postes via des départs volontaires, sans avoir a donner de justification économique. Pour entrer en application, l' accord doit être signé par des syndicats représentant au moins 50% du personnel.


Que disent les syndicats ? 


"On a pris un coup d'épée sur la tête", a réagi Gaëtan Couturier, de la CGT Carrefour, qui réclame le reclassement des salariés dont le poste va disparaître et refusera de signer l'accord de RCC.
    
Michel Enguelz, délégué syndical central FO du groupe Carrefour, veut insister "sur les moyens et les perspectives d'avenir" afin d'"obtenir les meilleures conditions de départ possibles pour les salariés concernés".

Rien qu'à Besançon, le groupe Carrefour dispose de deux grands hypermarchés, l'un à Ecole Valentin, l'autre à Chalezeule. 
A Dijon, les deux hypermarchés sont situés à la Toison d'Or et sur la zone commerciale de Quetigny. 
  

Sur le même sujet

Retraites : Marie-Calire Roussel

Les + Lus