Les Jeux Olympiques d'hiver 2018 seront célébrés du 9 au 25 février 2018, à Pyeongchang en Corée du Sud. Pour l'occasion, la Franche-Comté est bien représentée avec 10 athlètes de haut niveau en biathlon, combiné nordique, ski de fond, bob à 4 et short track. Qui sont-ils ? Quelles sont leurs chances dans la compétition ? Découvrez-le dans notre grand format. 

La team biathlon

Quentin Fillon Maillet, Célia Aymonier et Anais Bescond. / © Andre HuberMAXPPP - Pierre TeyssotMAXPPP
Quentin Fillon Maillet, Célia Aymonier et Anais Bescond. / © Andre HuberMAXPPP - Pierre TeyssotMAXPPP

 


Quentin Fillon Maillet


"Mon plus gros adversaire, ça va être moi-même" nous avait confié le natif de Champagnole à un mois de la compétition internationale, alors qu'il profitait d'un moment de repos dans la maison de ses parents, à Saint-Laurent-en-Grandvaux (39). En effet, le biathlète originaire de Champagnole a essuyé quelques désillusions au tir ces derniers temps. Pour vaincre les meilleurs de sa discipline, il devra puiser en lui la confiance qui lui manque parfois.

Quentin Fillon Maillet, à un mois des JO de Corée du Sud
Intervenants : Quentin Fillon Maillet - Biathlète de l'équipe de France, Hélène Fillon Maillet et Laurent Fillon Maillet, Franck Badiou - Entraîneur Tir hommes de l'équipe de France. Un reportage d'Aline Bilinski, Franck Menestret, Mehdi Bensmaïl.

Le 21 janvier, en Italie, Quentin n'a pas su combler ses lacunes en tir et a terminé 21e de la mass start masculine. On préfère garder en mémoire son incroyable performance dès la première course individuelle de la saison de Coupe du monde de biathlon remportée par le Norvégien Johannes Boe, le 1er décembre à Ostersund. Le Franc-Comtois était monté sur la 2ème marche du podium (relire notre article).


Anaïs Bescond


Anaïs Bescond fait partie, avec Célia Aymonier, des 4 Françaises victorieuses du relais d’Oberhof devant l’Allemagne, le 7 janvier 2018. "Malgré un tour de pénalité et 10 pioches, les dames de Julien Robert ont signé le meilleur temps sur la piste avec 21 secondes d’avance sur l’Allemagne et près de deux minutes sur la Suède" explique le site nordicmag.info. C'était la deuxième fois cette saison que les tricolores montaient sur le podium. 

La Jurassienne d'adoption (Anaïs Bescond est native de Normandie), est une sportive accomplie. Une médaille d'argent aux Mondiaux 2016 et une trentaine de podiums en Coupe du Monde lui permettent de bénéficier d'une solide expérience lors des grands rendez-vous, pour pourquoi pas réaliser une belle performance en Corée.

Célia Aymonier


Si les dernières performances de l'athlète originaire des Fourgs n'ont pas été à la hauteur de ses espérances, notamment lors de la 6ème étape de la Coupe du monde de biathlon en Italie, Célia Aymonier a tout de même les qualités pour faire de belles choses lors des JO coréens. Son palmarès témoigne de ses qualités techniques et sportives.

La Franc-Comtoise a participé à 29 épreuves de Coupe du Monde disputées avec 19 Top 30 en individuel lors de la saison 2016-2017. Pour briller, Célia Aymonier, ancienne fondeuse, devra palier ses difficultés au pas de tir et continuer à tout donner sur la piste.


La team combiné nordique

Jason Lamy-Chappuis, Laurent Muhlethaler et François Braud. / © MARKKU OJALAEPANewscomMaxPPP - PHOTOPQRLE PROGRES
Jason Lamy-Chappuis, Laurent Muhlethaler et François Braud. / © MARKKU OJALAEPANewscomMaxPPP - PHOTOPQRLE PROGRES

 


L'équipe de France de combiné nordique sera composée de trois Francs-Comtois : Jason Lamy-Chappuis, François Braud et Laurent Muhlethaler. L'objectif premier est de briller par équipe. 

Jason Lamy-Chappuis


Le champion olympique de Vancouver est resté loin des pistes pendant longtemps. En effet, Jason Lamy-Chappuis n'avait pas fait d'apparition sur ski depuis 2015, année de sa fracture (petite fissure sur la tête du péroné). Il s'est d'ailleurs blessé en Finlande, lors de sa dernière participation en coupe du monde, le 25 novembre.

L'enfant de Bois d'Amont revient pour les JO 2018 et espère bien finir sa carrière par une belle performance. "Je ne reviens pas pour faire le touriste, je suis un compétiteur avant tout" avait-il déclaré en novembre 2017.


Quoi qu'il en soit, ce sera compliqué pour le Jurassien de se hisser sur le podium en individuel. Le sportif a surtout un objectif en tête : ramener une médaille au relais avec l'équipe de France. 

"En individuel, je pars dans l'inconnu mais j'en saurai plus après la reprise en janvier. Et c'est une course d'un jour, si tout s'emboîte bien ce jour là, tout est possible", nous a confié l'homme qui avait dominé sa discipline avant de prendre de préparer un diplôme de pilote de ligne durant deux ans. 

Lire tous nos articles sur Jason Lamy-Chappuis.


Laurent Muhlethaler


Laurent Muhlethaler, Jurassien âgé de 20 ans, est l'un des espoirs de la discipline. Le jeune homme pensionnaire du club de Prémanon a terminé 3ème des mondiaux juniors en 2017 et en a épaté plus d'un. En équipe B l'an dernier, dernièrement, le jeune homme a su impressionner et faire sa place aux côtés des meilleurs.

"Ses qualités de voleurs, connues de tous, ont fait merveille sur le tremplin H108 de Tschagguns. Muhlethaler s'est posé à 100.5 m et signe tout simplement le deuxième meilleur total du concours" explique le site internet ski-nordique.net qui ne tarit pas d'éloges sur le Franc-Comtois.


François Braud


Le natif de Pontarlier fait partie de l'École militaire de haute montagne de Chamonix. Il est le leader de cette team combiné nordique. En mars 2017, le trentenaire a débloqué le compteur de médailles de l'Équipe de France à Lathi, en Finlande, en montant sur la troisième place du podium derrière le Japonais Akito Watabe.

En octobre 2017, François Braud déclarait sans complexe dans une interview à nordicmag.info : "On n’a jamais eu une équipe aussi forte en saut. Il y a deux ans, on n'était pas encore tout à fait compétitifs avec des jeunes qui manquaient un peu d’expérience. Cette année, tout le monde sera très bon". Trop plein de confiance ou réelles ambitions affichées ? Quoi qu'il en soit, François Braud espère aussi tirer son épingle du jeu en individuel pour aller chercher LA médaille qui manque à son palmarès. 

La team ski de fond

Anouk Faivre Picon et Aurore Jean.  / © URS FLUEELEREPAMaxPPP
Anouk Faivre Picon et Aurore Jean. / © URS FLUEELEREPAMaxPPP

 


Deux femmes représenteront la Franche-Comté et feront partie de l'équipe de ski de fond France lors des JO de Pyeongchang : Anouk Faivre Picon et Aurore Jean. 

Anouk Faivre Picon


Anouk Faivre Picon est devenue maman en 2017. Le petit Even a propulsé l'ancienne leader de l'équipe de France dans une nouvelle vie : celle de maman et sportive de haut niveau. La Franc-Comtoise ne s'est d'ailleurs jamais vraiment arrêtée. Elle a continué à s'entraîner régulièrement pendant sa grossesse. Le retour à la compétition a eu lieu à Arçon en septembre 2017, lors des championnats de France d'été. Puis sur la neige en Finlande, le 17 novembre. Anouk écrit alors sur son blog : "Ma victoire dimanche sur le 10 kilomètre skate de Santa Caterina Valfurva fait du bien, me met en confiance, au début d’une saison olympique au cours de laquelle les objectifs restent élevés."

À Lathi, la skieuse a terminé 20e. À Davos, 22ème. Avant de craquer un peu à Tablach le week-end suivant avec une 34ème place". Je suis déçue par ma 40ème place le samedi, car les jambes et la tête étaient là... Mais la surprise est venue le lendemain du côté du classique avec un 26ème temps qui m’a permis de grappiller (je termine le week-end 34ème) quelques places et me consoler" précise-t-elle. 

Aux JO, Anouk Faivre Picon se concentrera principalement sur le 10 km skating et le skiathlon (anciennement double poursuite). 

Aurore Jean


L'athlète du Bois d'Amont a rechaussé les skis en compétition en décembre dernier, après deux ans d'arrêt. En effet, elle a tout comme Anouk Faivre Picon donné naissance à un petit garçon. Aurore Jean confiait alors après sa dernière manche de Coupe du Monde disputée à Davos en décembre dernier : "Même si je n’ai jamais vraiment arrêté, je dois admettre que ça a été dur de se remettre au travail pour tenter de revenir à l’échelon de la Coupe du monde."

En Suisse, la Franc-Comtoise a tout de même réussi un beau coup en se qualifiant pour les quarts de finale du sprint. Ces Jeux Olympiques sonnent comme un test pour la jeune femme qui espère bien avoir récupéré toutes ses capacités. La motivation, elle, ne l'a jamais quittée. 

Une chose est sûre, ces deux grandes amies depuis 15 ans, sauront s'épauler et se soutenir.



Short track

Tifany Huot Marchand, casque n°19 / © JEON HEON-KYUN/EPA/Newscom/MaxPPP
Tifany Huot Marchand, casque n°19 / © JEON HEON-KYUN/EPA/Newscom/MaxPPP

 


Tifany Huot Marchand


La Belfortaine de 23 ans a réalisé une belle performance lors du relais féminin au Championnat d'Europe, qui a eu lieu à Dresde, le 14 janvier. Elle et sa team ont empoché la médaille de bronze, alors que la native de Besançon avait déjà remporté son précieux sésame pour les Jeux olympiques de Pyeongchang, en décembre 2017, lors des championnats de France. 

"Je suis bien sur très heureuse, ce sont mes premiers Jeux ! Après, je ne me prends pas du tout la tête, et je me sens bien. J’ai hâte d’y être ! Les Jeux c’est un grand rêve, j’ai hâte de vivre cette expérience. Et ce n’est clairement pas une finalité pour moi" a confié la jeune athlète à Agorasports.fr

En Corée, Tifany peut créer la surprise pour sa première participation aux jeux d'hiver mais sera avant tout présente pour progresser et grandir.

 

© Tifany Huot Marchand
© Tifany Huot Marchand

 

Bob à 4

Loïc Costerg est le pilote de l'équipe de France de bob à 4.  / © DIMITAR DILKOFF / AFP
Loïc Costerg est le pilote de l'équipe de France de bob à 4. / © DIMITAR DILKOFF / AFP

 

 

Loïc Costerg

Il n'est pas originaire de Franche-Comté, mais cela ne fait rien ! Loïc Costerg est le pilote de bob à 4 de l'équipe de France pour les JO 2018 et il vit... à Chaffois, dans le Doubs, près de Pontarlier. C'est l'amour qui a poussé le pilote à venir s'installer en terres comtoises, lui qui vient de Haute-Savoie. 
 


Le grand gaillard se donne à fond pour un sport très confidentiel. "J’ai pris deux mois de congés sans solde depuis le mois de juin pour travailler tous les jours. C’est exigeant, mais on a déjà franchi un cap, avec des résultats qui suivent" a-t-il confié à L'Est Républicain.
 

France 3 Franche-Comté au coeur des JO de Pyeongchang


Retrouvez et suivez les athlètes francs-comtois en compagnie de nos journalistes, présents sur place tout au long de la compétition internationale : Franck Ménestret, Aline Bilinski et Intissar Bahloul vous feront vivre cet incroyable événement, comme si vous y étiez. Infos, résultats, ambiance... Les JO d'hiver, du 9 au 25 février, avec France 3 Franche-Comté.

Lire tous nos articles sur les JO d'hiver.