Réforme du baccalauréat général : comment s'organise l'académie de Besançon ?

Spécialités à choisir, mutualisation des enseignements dans certaines villes de Franche-Comté : voici ce qu'il faut savoir pour la rentrée 2019. 
Les candidats du baccalauréat en 2018 (photo d'illustration).
Les candidats du baccalauréat en 2018 (photo d'illustration). © FREDERICK FLORIN / AFP
Le mois de septembre sera particulier pour les élèves qui finissent leur seconde. Lors de leur rentrée en première, il ne sera plus question d'aller en série S, ES ou L.

Désormais, ils suivront les cours d'un tronc commun (Français, Histoire-Géo, Education Morale et Civique, LV1, LV2, Sport et Sciences), auxquel ils ajouteront trois spécialités obligatoires parmi "numérique et sciences informatiques", "humanités, littérature et philosophie", "histoire géographie, géopolitique et sciences politiques", "langues, littératures et cultures étrangères", "littérature, langues et cultures de l’Antiquité", "arts", "biologie, écologie", "mathématiques", "physique-chimie", "sciences de la vie et de la Terre", "sciences de l’ingénieur" et "sciences économiques et sociales". 

Mais rare seront les lycées qui proposeront ces 12 spécialités. En Franche-Comté, les établissements en proposeront en moyenne 9/12 (10,8 dans le Doubs, 9 dans le Territoire de Belfort, 8,16 en Haute-Saône et 8,12 dans le Jura). 

L'académie de Besançon annonce une "mutualisation des enseignements" par ville 

Mais comment faire pour un étudiant qui souhaite suivre une spécialité qui n'est pas proposée dans son lycée ? Sur son site, l'académie explique avoir "fait le choix d’encourager les mutualisations de certains enseignements de spécialité et optionnels entre lycées d’un même secteur, de manière à augmenter l’accessibilité des élèves à une offre d’enseignements diversifiée. Cela permet d’offrir à un élève la possibilité de suivre une spécialité proposée dans un autre lycée pour lui ouvrir davantage de choix de combinatoires. Ainsi, les villes concernées par des mutualisations sont les suivantes : Besançon, Dole, Vesoul, Pays de Montbéliard, Belfort.

En première, chacune des trois spécialités sera enseignée à hauteur de 4 heures par semaine. En terminale, les élèves n'auront plus que deux spécialités, chacune enseignée 6 heures. A noter que 40% de la note du bac général proviendra des notes durant l'année scolaire. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
bac éducation société