Résidences secondaires : quels départements attirent le plus en Bourgogne-Franche-Comté ?

Troisième région la moins peuplée de France, la Bourgogne-Franche-Comté attire néanmoins les convoitises. Pour preuve, près de 130 000 habitations de la région sont des résidences secondaires appartenant à des propriétaires venus d'autres horizons. 

L'Ouest de la région Bourgogne-Franche-Comté compte la plus forte part de résidence secondaire.
L'Ouest de la région Bourgogne-Franche-Comté compte la plus forte part de résidence secondaire. © Sophie Hemar / France Télévisions

 Selon une étude de l'INSEE ( l’Institut national de la statistique et des études économiques) la région Bourgogne-Franche-Comté compte 129 600 résidences secondaires, des " locaux meublés affectés à l'habitation, non occupés en permanence et soumis à la taxe d'habitation. " Cela représente 8 % de l'ensemble des logements de la région. Mais les proportions varient largement selon les départements. 

 

L'Yonne et la Saône-et-Loire en tête

C'est dans l'Yonne que ces résidences secondaires sont les plus nombreuses : 25 040. Ce qui représente 12 % des habitations. Ce département accueille une part importante de Franciliens (deux-tiers des propriétaires).

La Saône-et-Loire de son côté compte 24 930 résidences secondaires. À eux seuls, ils concentrent près de 40 % du parc régional. Ils se classent dans la première moitié des départements les plus dotés en France.

Le rapport de l'INSEE indique : " Leurs propriétaires, pour moitié, habitent dans une autre région, notamment en Ile-de-France, et près de 10 % résident à l'étranger. Plus âgés et plus aisés que la population résidente, ils sont pour la plupart également propriétaires de leur logement principal. Les résidences secondaires sont anciennes et composées essentiellement de maisons. "

À l'est de la région, en Franche-Comté, Le parc de résidences secondaires est moins étoffé, sauf dans les territoires où les sports de montagne sont très developpés. C'est le cas dans le Jura à proximité de la frontière suisse.

 

Le Jura et le Doubs jouissent de leur proximité avec les lieux où les sports de montagne sont pratiqués.
Le Jura et le Doubs jouissent de leur proximité avec les lieux où les sports de montagne sont pratiqués. © Rapport INSEE Bourgogne-Franche-Comté

 

" L'hiver tous les volets sont fermés dans certaines communes "

Moins peuplé que ses deux voisins, le département de la Nièvre arrive en tête puisque les résidences secondaires concernent 14 % des habitations dans ce département.

À Montsauche-les-Settons, au bord du lac éponyme, la maire Marie Leclercq connaît bien le sujet. Pour preuve, dans certains lotissements de sa commune, une habitation sur deux est une résidence secondaire : " On était à 45 % de résidences secondaires il y a une dizaine d’années, on est à plus de 50 % actuellement. Les gens achètent en résidence permanente pour en faire leur résidence secondaire par la suite ".

" L'hiver tous les volets sont fermés dans certaines communes " ajoute François Tixier, directeur d'une agence immobilière. Selon lui, la Nièvre est un " nid à résidence secondaire ". 

 

" 80 % de nos ventes sont des résidences secondaires, développe l'agent immobilier. En ce moment, on a une recrudescence de clients français. Jusqu'à présent, on était sur des ratios de 40 % de clients étrangers et le reste étaient des Parisiens. Mais depuis quelques mois on observe plus de Parisiens et même des Dijonnais qui achètent en secondaire dans la Nièvre et plus particulièrement le Morvan ". 

 

La particularité de notre territoire c'est que les gens viennent passer entre 70 et 75 jours par an dans leur résidence secondaire. C'est énorme par rapport à la moyenne nationale. 

Marie Leclercq, maire de Montsauche-les-Settons

 

© INSEE Bourgogne-Franche-Comté

 

Originaire de l'Essonne, Jean-Claude fait parti de ceux qui ont opté pour une résidence secondaire au bord du lac des Settons, c'était en 1992. Depuis une dizaine d'années, il s'est même installé de manière permanente dans ce qui était jusqu'alors sa résidence de vacances, où il ne venait que quelques semaines par an. " Le milieu lacustre est un milieu très agréable. Il y a un espace visuel, une faune qui vit beaucoup sur le lac et à proximité. C’est une géographie relativement ondulé, en hiver quand il y a un peu de neige je vous garantis qu’on a l’impression d’être au Canada ".

Pendant l'année 2020, l'émergence du coronavirus et les différents confinements ont contribué à développer l'arrivée de nouveaux habitants. La proximité de la nature et le calme des lieux étant les arguments les plus prisés par les néo-arrivants.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
logement société région bourgogne franche-comté politique