Salins-les-Bains : la commune thermale du Jura en difficulté financière en raison de la crise du covid-19

Avec la crise sanitaire et la fermeture des thermes, les finances de Salins sont dans le rouge : il manque 1, 2 million d’euros pour voter le budget la semaine prochaine. Beau geste de solidarité : la communauté de communes « Cœur du Jura » donne 500.000 euros.

Salins-les-Bains, Jura :  vue du fort Saint André, la place principale de la ville avec le dôme de Notre-Dame Libératrice
Salins-les-Bains, Jura : vue du fort Saint André, la place principale de la ville avec le dôme de Notre-Dame Libératrice © Philippe Arbez

La communauté de communes « Cœur du Jura » a voté mardi 6 avril, une aide financière exceptionnelle pour l’une de ses 66 communes : elle alloue une subvention, un fonds de concours, de 500 000 euros à Salins-les-Bains. Les élus salinois n’ont pas pris part au vote, il y a eu unanimité moins 5 abstentions.

Salins-les-Bains connait une situation financière compliquée

Dans cette petite ville du Jura (2700 habitants), les thermes sont placés en « régie municipale » c’est-à-dire que c’est la ville qui les gère. Ces salariés sont donc des personnels  municipaux. Les thermes ont été fermés l’an dernier en raison de l’épidémie de covid. Ils ont gardé portes closes du 16 mars au 20 juillet, puis pour le reste de l’année, jusqu’au 20 octobre date de la fermeture pour la saison hivernale, ils n’ont accueilli que la moitié des curistes pour respecter les mesures de sécurité sanitaires. Au total, seulement un milliers de curistes a été accueilli au lieu des 3200 habituels.

Ils n’ont pas rouvert leurs portes pour la saison 2021. Les employés, en sous-activité, sont payés, non pas par l’Etat, mais par la ville.

La ville doit donc faire face à de nombreuses dépenses : elle ne perçoit pas de rentrées d’argent, faute de curistes. Elle rémunère ses salariés en inactivité et paie aussi les frais de fonctionnement de l’établissement thermal. Résultat pour 2020 : il manque 1,2 million d’euros, sur un budget de 3,2 millions, c’est beaucoup.

Un vote du budget impossible sauf si…

Lundi 12 avril, le conseil municipal se réunira pour voter le budget pour l’année 2021.La loi prévoit qu’un maire doit présenter un budget en équilibre, c’est-à-dire que, en face des dépenses, les recettes doivent être au moins aussi élevées.  Impossible pour le moment à Salins.

Dominique Bonnet, maire Divers Droite, de Poligny et président de la communauté de communes, a pris l’initiative de venir au secours de l’une des 66 communes de la comcom « Coeur du Jura » : « On va les aider à sortir la tête de l’eau. Michel (Cêtre, le maire de Salins) n’est pas venu pleurer à la comcom. C’est moi qui ai eu l’idée. J’ai réuni les maires, pour tâter le terrain, il n’y a pas eu d’opposition à cette aide. Oui, cette solidarité entre collectivité, si elle est prévue par la  loi, est assez rare. C’est exceptionnel mais c’est indispensable. C’est un geste solidaire, soit, mais c’est aussi dans notre intérêt : si une telle ville plonge, toute la comcom est en danger. Nos trois pôles, Poligny, Arbois, Salins sont complémentaires avec respectivement, le Comté, Pasteur et les thermes. On agit pour tout le territoire et pour notre avenir. On va juste décaler quelques projets dans le temps…»

Michel Cêtre, le maire se veut très confiant

Michel Cêtre, maire Divers Droite, lui, a compté et recompté. Au déficit des thermes, il faut ajouter aussi celui de la saline… 150 000 euros. Pas facile pour celui qui a pris les commandes de Salins l’an dernier, en juin, en battant le maire sortant, Luc Beder.

Le nouvel élu n’a pas voulu augmenter les impôts : « On n’est pas dans cette logique. ». En plus de la subvention exceptionnelle de 500 000 euros, il a donc contracté un prêt de près de 700 000 euros.

Lors d’une réunion, Michel Cêtre a dû rassurer ses collègues des autres communes de « Cœur du Jura » : « Il n’y a pas eu d’objection. Juste des questionnements tout à fait légitimes. J’ai bien expliqué notre situation : c’est purement conjoncturel, à cause de la crise, et pas structurel, comme si on dépensait sans compter à Salins. D’autant, que lors du précédent mandat, il y eu pas mal d’éclats de voix. On n’a pas forcément une bonne réputation. Oui, les autres maires de la comcom ont fait preuve de solidarité, les finances de la Comcom le permettent heureusement. J’espère que je pourrai leur renvoyer l’ascenseur.  Aussi, c’est à noter, ils nous font confiance, pour la suite. »

Vers un avenir plus confiant

Et le maire de Salins insiste sur le mot « confiance ». Oui, lui aussi il a confiance en l’avenir et il met en avant les projets qu’il veut lancer pour la ville : réhabilitation de la Grande Saline ou encore de Notre Dame Libératrice, l’avenir des thermes pour lesquels il espère un partenariat public-privé.

Il raconte que de nouveaux habitants, dégoûtés par de grandes villes comme Paris, viennent s’installer dans la bourgade jurassienne. « Le dynamisme de la ville s’intensifie. Je n’ai aucune inquiétude pour l’attractivité de Salins, bien au contraire… » dit l'élu. Selon lui, cette crise est, seulement, un très mauvais moment à passer…

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique covid-19 société économie thermalisme sorties et loisirs