Santé : Comment lutter contre la pollution intérieure ?

Quand il fait froid, on a envie de rester bien au chaud chez soi. Au chaud mais pas à abri de la pollution. Car de nombreux ennemis invisibles vivent dans nos maisons. Comment faire pour les éviter, assainir sa maison ? Quelques conseils…

Par Muriel Bessard

Retour sur les bonnes pratiques en matière d’assainissement de son intérieur grâce à la chronique d’Anne Berger dans la matinale du 5 décembre 2016.


  •  
  • On dit souvent aux personnes fragiles de ne pas sortir quand il y a des pics de pollution, mais rester à la maison, ça n’est pas mieux ! C’est même parfois pire : à l’intérieur, l’air est 5 à 10 fois plus pollué qu’à l’extérieur. C’est d’autant plus inquiétant qu’on passe 80 % de notre temps à la maison, au bureau, à l’école. Et en hiver, avec les portes et les fenêtres fermées, on évite au froid de rentrer, mais on s’enferme aussi avec toutes sortes de polluants… Donc la première chose à faire, c’est d’aérer, même quand il fait froid. On aère 15 minutes le matin et 15 minutes le soir, c’est la solution la plus simple pour assainir l’atmosphère. Ca va renouveler l’air. Par contre, si les polluants sont là, l’essentiel c’est de les identifier pour s’en débarrasser autant que possible.
  •  
  • Quels types de polluants on trouve à la maison ? Il y a d’abord les polluants biologiques, comme les poils d’animaux, les acariens, les moisissures… qui sont des allergènes très connus. Ils se nichent dans la literie, les moquettes, les tissus. Moins on aère, plus les acariens s’accumulent surtout dans des intérieurs confinés, surchauffés. Et encore plus, s’il y a de l’humidité, ils adorent !
  •  
  • L’humidité favorise, en plus, les moisissures… C’est une autre cause bien connue d’allergie en hiver. Ces moisissures, on les trouve dans la cuisine, la salle-de-bains, partout où il y a des vapeurs d’eau et davantage dans des logements pas ou mal isolés. En chauffant, on va favoriser la condensation… Et la prolifération des moisissures. La solution, c’est nettoyer les moisissures visibles à l’eau de javel et éviter qu’elles prolifèrent, en entretenant sa ventilation et en aérant au maximum encore une fois.
  •  
  • Aérer, c’est la solution aussi pour se débarrasser de polluants plus graves : les polluants chimiques… Certains sont clairement à l’origine de maladies respiratoires ou même clairement cancérigènes.  On les trouve dans des produits qu’on utilise tous : les matériaux de bricolage, les peintures, les colles, les vernis, les décapants… Ils émettent souvent ce qu’on appelle des composés organiques volatils, en particulier, le fameux formaldéhyde… qu’on trouverait dans 80 % des logements. C’est un gaz, incolore, irritant, qu’on trouve aussi dans la fumée de cigarettes.  Donc le mieux, si on veut faire des travaux, c’est d’attendre les beaux jours pour pouvoir aérer largement.
  •  
  • La solution, c’est faire le grand ménage ? Non, car là aussi il y a du danger. En voulant assainir notre intérieur, vouloir qu’il soit tout propre et qu’il sente bon, on le pollue souvent encore un peu plus. La majorité des produits d’entretien sont plein de polluants ! La bonne idée  ça peut être de choisir des détergents qui comportent l’écolabel européen ou certifiés « allergènes contrôlés ». Sinon, on peut évidemment utiliser sans risque les bons vieux nettoyants, le vinaigre blanc, le savon noir et le bicarbonate de soude.
  •  
  • Et pour enlever les mauvaises odeurs ? Pourquoi ne pas utiliser, l’écorce d’orange, la lavande séchée ! En tout cas, on oublie absolument les sprays désodorisants et même ceux qui sont soi-disant assainissant, aux huiles essentielles. Ils peuvent provoquer des allergies et ils ne sont pas moins polluants. Une enquête menée en 2015 par l’UFC Que Choisir a été très claire sur le sujet !
  • Quant aux bougies et à l’encens, pour une soirée, et en aérant bien, ça peut passer mais là encore, il ne faut pas en abuser parce que ça va sentir bon chez vous, c’est sûr, mais vous allez respirer des formaldéhydes, du benzène… Même chose dans une moindre mesure pour le papier d’Arménie !
  •  
  • Et les plantes ? C’est une vraie solution. Il y a beaucoup de plantes dépolluantes, c’est sain et peu cher. C’est bientôt Noël, donc offrir un ficus, c’est plus sympa que d’offrir une bougie. Elles sont très efficaces pour assainir l’air mais elles ne peuvent pas avec leurs petites feuilles faire tout le travail. Donc, la solution : on aère, on ventile et on fait très attention aux produits qu’on utilise !!!
=> les conseils du ministère du Développement Durable
Eviter la pollution de l'air intérieur
Aérer, c'est la première des recommandations pour purifier son intérieur. D'autres conseils dans la chronique santé d'Anne Berger. - France 3 Bourgogne France 3 Franche-Comté - Un chronique de la Matinale présentée par Anne Berger

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Champagny : ils repassent le certificatif d’études

Les + Lus