Saône-et-Loire - Les Jardins des Soussilanges, un jardin remarquable niché au cœur d’un vallon

C’est à Céron, petit village de Saône-et-Loire, que se trouve ce jardin récemment labellisé « Jardin remarquable». Un jardin qui s’organise en plusieurs espaces autour d’une magnifique demeure, le tout en harmonie avec la nature environnante.

C’est par une très belle journée de début mai que Pascal et moi arrivons aux jardins de Soussilanges situés à Céron, un petit village de Saône-et-Loire.
Isabelle Pachot et Thierry Letellier nous accueillent chaleureusement accompagnés de Perla, la chienne des lieux. Un ballet d’hirondelles et de chardonnerets souligne l’ambiance paisible et sereine du lieu.

Passé le portail, nous découvrons une magnifique bâtisse bourbonnaise datant du 18e siècle, entièrement rénovée avec goût, dominant une belle cour gravillonnée. C’est autour de cet axe que s’organisent les différentes ambiances des jardins créés par Thierry, le passionné du jardinage.

C’est au cœur du Brionnais que cet ancien colonel de l’armée, originaire de Côte-d’Or, décide de poser ses valises après de longues années de voyages. Il fait l’acquisition de cette demeure en 2003 et depuis, ne cesse de mettre en valeur cette bâtisse et ses jardins.
A son arrivée, il n’y a qu’un boqueteau d’arbres à l’entrée de la propriété, un magnifique chêne pédonculé d’environ 150 ans, un marronnier et un prunus dans la cour. Tout autour de la bâtisse, des prés avec des vaches !
 

Pour moi c’était intéressant, ça m’a permis de m’épanouir complètement dans ce jardin qui est très personnalisé

Thierry

 

Car à la différence de certains grands jardins, celui-ci ne comporte pas d’essences pluriséculaires, les plantes ont seulement entre 15 et 20 ans.

En ce début du mois de mai, les fleurs sont rares. Nous sommes dans la période de transition entre la fin de floraison des arbustes et arbres fruitiers et le début de l'éclosion des différentes fleurs savamment organisées de part et d’autre du lieu. Peu importe ! Thierry nous entraine dans son sillage à la découverte de ce jardin labellisé « Jardin remarquable » depuis 2020.

Qu'est-ce qu'un "Jardin remarquable" ?

Le label "Jardin remarquable" a été créé en 2004 par le ministère de la Culture avec le concours du Conseil national des parcs et jardins. Il vise à reconnaître et valoriser des parcs et jardins ouverts au public et bien entretenus. Ce label dépasse le cadre des jardins anciens, protégés ou non au titre des monuments historiques, pour inclure le champ des jardins de création récente. 
En Saône-et-Loire, ils sont actuellement trois à avoir cette distinction. Les jardins des Soussilanges ont rejoint les jardins du château de Drée et le jardin potager du château de Digoine.

Ambiance et harmonie, les maîtres mots du lieu

Aux Jardins des Soussilanges, ce ne sont pas des visiteurs qu’accueillent Isabelle et Thierry, mais des hôtes. Ils veulent que ce jardin ne soit pas seulement un lieu de passage mais un lieu porteur d’humanité et de partage.
Ces jardins ne cherchent pas à être « éblouissants » mais plutôt à offrir une dimension humaine, raisonnée, intégrée dans l’environnement.

Les Jardins des Soussilanges, en Saône-et-Loire : diaporama sonore

L’harmonie et l’ambiance sont des notions très importantes pour Thierry. Pour lui, le jardin n’est pas un refuge mais une façon d’être. Jardiner c’est sublimer la nature. Le fait de tailler, d’aligner, de donner des formes inscrit l’homme dans cet ensemble et d’une certaine manière le transcende. Très philosophe, Thierry inscrit le jardin et l’homme dans un tout, pour lui l’homme est un élément naturel qui participe à cette vie.
 

Dans un jardin on doit se sentir bien, on doit se sentir soi-même, se retrouver.

Thierry

Un jardin comme un tableau, composé de différentes ambiances

Ici, on ne se trouve pas dans la notion d’écrin, en dehors du monde… Thierry l’a voulu au contraire ouvert sur le monde. Pour lui, le jardin n’est qu’un support, une ouverture vers l’extérieur : sur le château de la Frédière, sur le bocage environnant…

Dans l’organisation de son jardin, Thierry a décidé de ne pas séparer les arbres fruitiers des arbres ornementaux. On peut, à la belle saison, déguster çà et là des fraises des bois, des mirabelles, des groseilles…et il aime dire que son jardin est "un jardin qui vit, pas un jardin musée !"

Derrière la maison, un premier espace s’offre aux visiteurs. Un espace voulu « assez simple » par Thierry et qui bénéficie de peu de lumière.
Ce sont les cyclamens qui font le spectacle lors de leur période de floraison du printemps à l’automne. Au centre, un petit parterre de plantes qui au fur et à mesure des saisons se succèdent. Diverses heuchères, hellébores cèdent la place aux aulx et aux asters japonais. Pour Thierry, l’important c’est d’avoir des nuances, des harmonies qui se succèdent en permanence.

Sur l’un des côtés de la maison, appelé « le balcon de la Reine », on découvre une ambiance plus intimiste avec de belles perspectives sur la campagne environnante et sur la cour de la maison.
Ces perspectives sont des lignes de fuite, comme sur un tableau, encadrées par des bâtiments ou des murs végétaux. Cette ambiance est baignée de viornes de Chine, d’hortensias paniculata et d’hydrangeas Annabella. S'y trouve également l’hydrangea Great Star, l’un des préférés de Thierry.

Comme un peintre, ce jardinier aime travailler les volumes et les verticalités, attirer l’œil « plus haut » que les parterres organisés.
Des câbles sont tendus entre les bâtiments afin de laisser courir les clématites, rosiers grimpants, chèvrefeuilles et autres glycines.

Dans le jardin conçu sur l’une des prairies attenantes à la propriété, ce sont des piquets d’acacias astucieusement disposés qui évitent l’écrasement. 
Ici pas de lignes droites mais de petits lieux de méditation avec des bancs et une dimension aquatique.

Cet espace, c’est une invitation à la déambulation. C’est l’alternance des feuilles et des fleurs, au rythme des saisons et des heures de la journée qui en font tout l’intérêt. Dans ce jardin de seulement un hectare, on arrive à avoir une profondeur grâce aux ouvertures sur la nature et la campagne environnante.Thierry tient notamment aux vues sur le clocher du village et sur le monument aux morts du village.
 

Le regard est dirigé mais jamais cloisonné.

Thierry

 

En son centre, un espace nymphéas et un espace lotus sont harmonieusement intégrés. Pour Thierry, un jardin ne peut se concevoir sans eau, un élément fondamental. Une ressource qui doit se gérer correctement.

Des abreuvoirs à bovins servent d’espace aquatique, paradis des grenouilles et des poissons. Une collection de nymphéas est installée dans ces bassins. L’intérêt de ces belles plantes aquatiques odorantes est qu’elles servent de filtres et supportent d’être installées dans de petits contenants comme des bacs en zinc, en compagnie d’un ou deux poissons. Pas besoin d’assurer un circuit d’eau et pas d’entretien si ce n’est de couper de temps en temps certaines feuilles pour qu’elles n’envahissent pas totalement la surface !

De nombreux objets chinés çà et là émaillent ce jardin, supports de plantes ou simplement objets décoratifs. Une intégration harmonieuse avec la nature, qui la souligne et définit de petits espaces intimistes où le regard aime se poser.

Les jardins, un lieu de partage

Des œuvres sont savamment placées dans le jardin. Elles y sont mises en évidence mais sans casser l’harmonie du jardin.

En cette saison, deux sculptures monumentales en acier soudé  "L’Indomptable" et le "Toro Grande" ponctuent la magie du jardin. Ce sont les oeuvres d’Alessandro Montalbano, un peintre-sculpteur originaire de Sicile et établi dans le Charolais.

Parsemées sur toute la propriété, une quinzaine de statues créées par Frédéric Brochec s’intègrent merveilleusement dans l'espace.
A l’intérieur de la maison sont exposées les peintures de Michelle Billaud, une artiste qui travaille sur du papier de riz très fin et peint avec des pigments japonais et de l’encre de chine.

Les Jardins des Soussilanges participent à la manifestation « Rendez-vous aux jardins » dont le thème cette année est la transmission des savoirs, un thème tout à fait en adéquation avec les propriétaires des lieux !

Notre visite dans les jardins des Soussilanges s'inscrit dans une série sur les magnifiques jardins de Bourgogne-Franche-Comté que nous vous proposerons tout cet été.
Ce premier jardin a été pour nous une déambulation poétique et très instructive menée par Thierry, un passionné qui sait raconter son jardin et partager son savoir-faire. C’est un lieu vivant où cohabitent en toute harmonie la nature, l’homme et les animaux (poules, chats, cheval, âne...).

Les conseils de Thierry contre l'invasion des "mauvaises herbes"

Selon lui, il ne faut pas être l’esclave de son jardin et passer son temps à désherber.
Certaines plantes occupent le terrain en entravant la pousse des invasives. Son "secret" est de ne pas laisser un seul parterre où l’on voit la terre. Quand il taille, tout reste sur place, sauf les mauvaises herbes. Entre le lierre, le paillage et les feuilles, tout s’équilibre.
Pour les plantes comme la menthe, il a installé ses plants dans un ancien abreuvoir semi-enterré. Cette plante aromatique se développe au sein de ce contenant sans envahir le reste du jardin et bénéficie d’une humidité constante grâce à lui.


► Les infos pratiques :

Le site des Jardins des Soussilanges
Horaires : de 10h00 à 12h00 et de 14h00 à 18h00
Tarifs : 5 euros / adulte - gratuit pour les enfants jusqu’à 10 ans - 2,5€ pour les étudiants et demandeurs d’emploi sur présentation de justificatif

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
jardins nature jardinage loisirs sorties et loisirs culture