"Pénitentiaire en deuil", "Cela ne doit plus se reproduire !" : les agents pénitentiaires endeuillés, plusieurs établissements bourguignons bloqués

Environ 70 agents bloquent ce mercredi 15 mai le centre pénitentiaire de Varennes-le-Grand (Saône-et-Loire) à la suite de l'attaque mortelle qui a coûté la vie à deux agents dans l'Eure. Ce mouvement national est suivi dans toute la France.

À l'appel de l'intersyndicale, environ 70 agents bloquent ce mercredi 15 mai le centre pénitentiaire de Varennes-le-Grand (Saône-et-Loire) depuis six heures.

Selon notre journaliste présent sur place, aucune entrée ou sortie de détenus ne sera permise aujourd'hui. Seuls un personnel médical et un personnel du privé seront autorisés à rentrer dans l'établissement "s'il y a urgence absolue ou pour distribuer des repas", explique Romain Bernier, secrétaire local UFAP-UNSa justice.

Cette mobilisation des agents pénitentiaires est nationale. Elle fait suite à l'attaque survenue le 14 mai dernier dans l'Eure. Pour rappel, un véhicule pénitentiaire effectuant une extraction judiciaire entre le tribunal judiciaire d'Evreux et la prison de Rouen a été attaqué au niveau du péage d'Incarville (Eure).

Au moins deux agents sont morts dans l'attaque. Trois personnes sont gravement blessées. Le pronostic vital a été engagé pour deux d'entre eux. Un prisonnier, Mohammed Amra, a réussi à s'évader.

► À LIRE AUSSI - Attaque mortelle du fourgon pénitentiaire dans l'Eure : "tout est mis en œuvre pour que les auteurs répondent de leurs crimes"

Pour l'heure, il est toujours recherché par les services de police. Selon les derniers éléments de l'enquête, la procureure de Paris a indiqué que deux voitures brûlées ont été retrouvées près des lieux du crime.

Ils demandent plus de moyens

Les agents pénitentiaires se mobilisent aussi pour pouvoir obtenir plus de moyens. La section locale de l'UNFAP-UNSa justice demande à ce que soit mise en place "une politique de recrutement à hauteur des missions que l'on nous donne. Cela ne doit plus jamais se reproduire."

Ils veulent aussi des véhicules banalisés et d'autres blindés pour leurs missions en extérieure, et qu'une "vraie politique" soit implémentée sur le nombre d'agents accompagnant les escortes. "Cela gène aucunement l'administration de baisser leurs niveaux tant qu'on peut escorter les détenus au tribunal", estime Romain Bernier.

Le centre pénitentiaire de Varennes-le-Grand n'est pas la seule prison en arrêt ce mercredi 15 mai. Le personnel de la maison d'arrêt de Dijon est également en grève.