Affaire Girollet : l'audition des témoins a commencé devant les assises de Saône-et-Loire

Au deuxième jour du procès du meurtrier présumé d'Anne-Sophie Girollet, la cour d'assises de Saône-et-Loire a entendu les témoins mercredi 14 septembre 2016 : d'abord un maître chien qui avait participé à l'enquête en 2005. Et dans l'après-midi le petit-ami de la victime. 

L'audience s'est ouverte ce matin dans une ambiance apaisée. La veille l'accusé,  Jacky Martin, meurtrier présumé d'Anne-Sophie Girollet avait clamé son innocence. Ses avocats, la présidente de la cour d'assises et l'avocat général s'étaient livrés à des échanges virulents. 

Au deuxième jour du procès, l'avocate des parents d'Anne-Sophie Girollet, maître Béatrice Saggio, espérait des débats plus sereins.Tandis que de son côté, l'avocat de Jacky Martin, maître Philippe Sreve insistait sur l'absence d'éléments précis pouvant être imputés à son client.
Interview de l'avocate de la famille d'Anne-Sophie Girollet : Maître Béatrice Saggio- . Et interview de l'avocat de Jacky Martin : Maître Philippe Screve. ©France 3 Bourgogne
La cour d'assises de Saône-et-Loire a entendu dans la matinée le témoignage d'une maître-chien qui, en 2005, avait effectué des recherches en bord de Saône, à l'endroit où le véhicule avait été retrouvé. La piste suivie à l'époque allait de la rampe d'accès à la Saône jusqu'au C.R.E.P.S. de Mâcon. Un élément important puisqu'il pourrait signifier que le corps de la jeune femme ne se trouvait pas dans le véhicule lorsqu'il a été mis à l'eau.
Autre témoin, particulièrement attendu: le petit ami d'Anne-Sophie Girollet.  

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité