Chalon-sur-Saône : le centre d'accueil de demandeurs d'asile affiche complet

La Bourgogne compte 12 centres d'accueil de demandeurs d'asile (CADA), dont un à Chalon-sur-Saône, en Saône-et-Loire.
La Bourgogne compte 12 centres d'accueil de demandeurs d'asile (CADA), dont un à Chalon-sur-Saône, en Saône-et-Loire.

La Bourgogne compte 12 centres d'accueil de demandeurs d'asile (CADA). Celui de Chalon-sur-Saône, en Saône-et-Loire, dispose d’une centaine de places, qui sont toutes occupées actuellement.

Par B.L.


Ces derniers jours, l’Europe a vu arriver une vague de demandeurs d'asile fuyant la guerre en Syrie et en Irak notamment.
Le président de la République a annoncé que la France était prête à accueillir 24 000 réfugiés sur deux ans. Ce chiffre s'ajoute aux 6 750 personnes dont l'accueil avait déjà été acté en juillet.

Mais, si ce mouvement s’est accéléré, l’arrivée régulière de migrants a débuté bien avant et les dispositifs d’accueil sont saturés. C’est le cas notamment à Chalon-sur-Saôneles 55 places en centre d'accueil et les 52 places en hébergement d'urgence sont toutes occupées.

L'association La Croisée des chemins observe depuis des mois un afflux de demandeurs d’asile qui viennent principalement d'Arménie ou du Kosovo.
Une équipe de huit salariés accompagne ces personnes qui ont fait une demande d'asile auprès de l’Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides  (OFPRA.) et/ou de la Cour nationale du droit d’asile (CNDA).
Des travailleurs sociaux aident les demandeurs d'asile au quotidien afin de leur permettre de s’insérer en France.

Chalon-sur-Saône : le centre d'accueil de demandeurs d'asile affiche complet

Reportage : Fanny Borius et Gabriel Talon / Montage : Charles Morhain / Intervenants :
  • Marc Nectoux, directeur du Centre d'Accueil de Demandeurs d'Asile (CADA) de Chalon-sur-Saône
  • Stéphane Boyer, éducateur spécialisé au CADA de Chalon-sur-Saône

53% des Français sont favorables à ce que la France accueille des réfugiés

L'Association des maires des grandes villes de France (AMGVF) s'est dite prête à prendre sa "juste part" dans l'hébergement de réfugiés, si l'État respecte "un certain nombre de conditions", notamment "un plan national d'accueil" avec des moyens pour qu'il doit "durable".
Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve réunira samedi 12 septembre à Paris les maires, qu'il a appelé "à se mobiliser" en assurant que l'État prendrait "ses responsabilités". Bernard Cazeneuve annoncera les mesures d'accompagnement financier que l'État proposera aux communes volontaires.

Les drames qui accompagnent l'arrivée massive de migrants en Europe, comme la mort du petit Aylan dont la photo a bouleversé le monde, semble avoir fait basculer l'opinion. Ainsi, selon un sondage Elabe pour BFMTV, une majorité de Français (53%) sont désormais favorables à ce que la France accueille une part des migrants et réfugiés, contre 44% une semaine plus tôt.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus