• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Chalonnais : une Nuit des Lycées pour protester contre la réforme Blanquer

Le lycée Emiland Gauthey hier jeudi 7 février, à Chalon-sur-Saône / © JC Nouvelot
Le lycée Emiland Gauthey hier jeudi 7 février, à Chalon-sur-Saône / © JC Nouvelot

Durant la nuit de jeudi 7 au vendredi 8 février, les professeurs étaient mobilisés dans les lycées du chalonnais pour participer à la "Nuit des Lycées" : un mouvement de contestation de la réforme des lycées mise en place par le Ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer.

Par F.L.

A l'initiative, un collectif d'enseignants
L'idée de la Nuit des lycées est née dans un collectif d'enseignants, de nombreux collectifs de profs sont nés partout en France contre La Réforme .
Les enseignants se sont retrouvés samedi 19 janvier à Paris pour construire une stratégie et mettre en commun leurs actions. 
Parmi ces actions, la "Nuit des lycées" : occuper des lycées dans la soirée et débattre de la Réforme. Le SNES académique, s'est joint à l'action
Les enseignants réunis en AG au lycée Emiland Gauthey jeudi 7 février / © JC Nouvelot
Les enseignants réunis en AG au lycée Emiland Gauthey jeudi 7 février / © JC Nouvelot

Sur le chalonnais
Au lycée Hilaire de Chardonnet
: une Assemblée Générale extraordinaire était prévue à partir de 18h pour se poursuivre aussi longtemps que possible.
Le but est de profiter d'un temps de réunion entre enseignants, pour construire la suite du mouvement.
Les parents du Conseil d'Académie étaient invités à les rejoindre.
Ce sera aussi un moment convivial pour dire non à la politique de division et de précarité des personnels
Les enseignants d'autres lycées du chalonnais participaient à cette opération, tels que ceux du lycée Mathias, dulycée Emiland Gauthey, et du lycée Pontus de Tyard. 

Une réforme très critiquée
La réforme souhaitée par le Ministre Jean-Michel Blanquer est très critiquée par les enseignants. Ces derniers y voient avant tout une vision comptable, et la traduction d'une suppression de près de 2000 postes dans les collèges et les lycées.
Dans les colonnes du blog Café Pédagogique, les enseignants expriment leurs craintes par rapport à leur profession, mais aussi expriment leur défiance vis-à-vis de leur Ministère de tutelle.






 

Sur le même sujet

Portrait : Anthéa Lamine finaliste BFC du concours de chant

Les + Lus