• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Framatome : potentiel défaut de fabrication pour des composants de réacteurs nucléaires

L'usine Framatome livre, le 23 avril 1996 par voies fluviales et maritimes, trois générateurs de vapeur (GV). Ils sont destinés a la tranche 3 (1020 MWe) de la centrale nucléaire de Tihange (Belgique). Chaque GV pèse 473 tonnes, sa longueur est de 22,5 mètres et il est équipé de 6019 tubes soit 140 Km de tubes par GV. / © SAMIRA BOUHIN / AFP
L'usine Framatome livre, le 23 avril 1996 par voies fluviales et maritimes, trois générateurs de vapeur (GV). Ils sont destinés a la tranche 3 (1020 MWe) de la centrale nucléaire de Tihange (Belgique). Chaque GV pèse 473 tonnes, sa longueur est de 22,5 mètres et il est équipé de 6019 tubes soit 140 Km de tubes par GV. / © SAMIRA BOUHIN / AFP

EDF a été informé par sa filiale Framatome que des composants de réacteurs nucléaires sur des matériels neufs ou déjà mis en service pouvaient être défectueux et a indiqué mardi 10 septembre mener "des analyses approfondies" à ce sujet. 

Par AFP

Potentiels défauts de fabrication
Des composants de réacteurs nucléaires fournis par Framatome pourraient ne pas avoir été fabriqués correctement, a annoncé mardi 10 septembre EDF, qui enquête pour connaître l'ampleur de ce nouveau problème pour l'industrie française.
Dans un communiqué, l'électricien explique que les procédures prévues n'ont pas été respectées lors d'opérations réalisées "sur certaines soudures de générateurs de vapeur".
A la suite de cette annonce de Framatome, l'action EDF chutait mardi matin 10 septembre de 7% à 10,09 euros vers 10h20 à la Bourse de Paris, dans un marché en recul de 0,57%.
Interrogée par l'AFP, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), qui n'a été prévenue du problème que lundi soir tard, a fait état de son côté d'une "vingtaine de générateurs de vapeur fabriqués par Framatome à partir de 2008 qui sont potentiellement concernés".

Enquête et analyses
EDF indique mener avec Framatome "des analyses approfondies pour recenser les matériels et les réacteurs concernés et en confirmer l'aptitude au service".
"Les experts de Framatome étudient la portée et les détails techniques avec EDF. Ces examens prennent du temps, mais nous nous engageons à être transparents et fournirons des informations supplémentaires lorsque disponibles", a indiqué une porte-parole de Framatome.

Les générateurs de vapeur sont d'énormes pièces qui servent d'échangeur thermique entre l'eau du circuit primaire et l'eau du circuit secondaire, qui se transforme en vapeur et alimente la turbine qui produit l'électricité dans une centrale nucléaire.
Ce potentiel défaut de fabrication concerne des matériels en service ainsi que des matériels neufs qui ne sont pas encore en service ou installés sur un site, précise le communiqué.
EDF n'a pas précisé sur quels sites ces matériels avaient été installés. Mais cela ne concerne pas l'ensemble du parc de 58 réacteurs car l'électricien ne se fournit pas exclusivement chez Framatome pour ses générateurs de vapeur. Certains proviennent aussi de l'américain Westinghouse ou du japonais Mitsubishi Heavy Industries (MHI).
Le groupe français indique mener avec Framatome "des analyses approfondies pour recenser les matériels et les réacteurs concernés et en confirmer l'aptitude au service"
Il a également informé lundi l'Autorité de sûreté nucléaire "de ses premières analyses", et assure qu'il publiera des informations complémentaires "au fur et à mesure des caractérisations en cours".
    
Framatome est l'ancienne branche réacteurs du groupe Areva
A la suite de la réorganisation de la filière sous l'égide de l'Etat, l'entreprise est passée sous le contrôle d'EDF (75,5%), aux côtés de Mitsubishi Heavy Industries (19,5%) et Assystem (5%).
Les équipements lourds comme les générateurs de vapeur sont assemblés dans son usine de Saint-Marcel (Saône-et-Loire). Elle se situe non loin de l'usine Framatome Creusot Forge, marquée par un scandale causé par des irrégularités dans la fabrication de composants nucléaires, dont certaines pouvaient s'apparenter selon l'ASN à des falsifications.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Quel avenir pour la maison Colette de Besançon ?

Les + Lus