Pénurie d'anesthésistes à l'hôpital de Chalon-sur-Saône

Ce jeudi 14 octobre, les personnels soignants de l'hôpital de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) manifesteront pour dénoncer la pénurie de médecins anesthésistes. Depuis plusieurs semaines, 400 opérations ont été reportées à une date indéfinie.

Des personnels soignants en colère et des patients dans l’expectative. Depuis plusieurs semaines, le Centre Hospitalier William-Morey de Chalon-sur-Saône est obligé de reporter l’ensemble de ses opérations chirurgicales, conséquence d’un manque de médecins anesthésistes-réanimateurs. Une mobilisation est prévue ce jeudi 14 octobre pour dénoncer la situation.

À l’heure actuelle, seuls deux des neufs blocs opératoires fonctionnent normalement au sein de cet hôpital public. 400 opérations ont ainsi été déprogrammées à une date encore inconnue. Les médecins font alors le choix d’envoyer leurs patients vers d’autres centres hospitaliers, notamment ceux de Mâcon (Saône-et-Loire) Beaune et Dijon (Côte-d’Or).  

"On demande toujours plus avec toujours moins"

Pour Ali Otmani, infirmier-anesthésiste à Chalon, cette situation serait la conséquence de la surcharge de travail des derniers mois durant lesquels les médecins ont été très sollicités :  "Ils sont en train de courir après ce qui s’est passé pendant la pandémie. On n’arrive pas à subvenir aux besoins du bassin de population. Les médecins sont en burn out car on leur demande toujours plus avec toujours moins".

Avec un bloc opératoire en train de mourir, c’est l’hôpital qui va mourir. La prise en soin de manière globale du patient ne peut se faire correctement.

Ali Otmani, Infirmier anesthésiste

Résultat, le centre hospitalier de Chalon-sur-Saône, trop peu attractif, ne dispose plus d’anesthésistes en nombre suffisant. Les personnels soignants craignent d'ailleurs que la situation des blocs opératoires ne s’étende aux autres services. Le tout au sein du deuxième hôpital de Bourgogne, celui qui accueille l’ensemble du bassin de population du nord de la Saône-et-Loire.

Gilles Platret en appelle à Jean Castex                                                               

Une crise que dénonce Gilles Platret. Dans un courrier adressé au premier Ministre ce mardi 12 octobre, le maire (LR) de Chalon-sur-Saône s’alarme d’une "situation tout simplement dramatique". Pour éviter que les choses ne s’aggravent, l’élu appelle le chef de l’exécutif à "étudier cette question avec la plus grande attention afin d’y apporter très rapidement des réponses de long terme, garantissant le maintien d’un bloc opératoire dynamique".

Ce qu’on veut, c’est que le ministère de la Santé et l’Agence Régionale de Santé prennent la mesure de la gravité de la situation. Ces gens-là disposent des éléments pour répondre à des problématiques telles que celle-ci.

Alain Challot, représentant CGT du personnel

Dans sa missive, Gilles Platret rappelle également que la pénurie de médecins anesthésistes dans le deuxième hôpital de Bourgogne avait provoqué l’organisation d’un conseil de surveillance exceptionnel le 15 septembre dernier. Parmi les solutions proposées :

Selon la CGT, ces dispositions ne sont tenables qu’à court terme. "Le problème, c’est que les transferts d’activité ne pourront se faire que dans un cadre limité. Ça ne pourra jamais absorber le besoin", estime Alain Challot, représentant CGT du personnel.

La manifestation pour la sauvegarde des blocs opératoires au sein de l’hôpital public de Chalon-sur-Saône débutera à 14h00.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
manifestation économie social santé société