#studio3 : Poltergeist déploie un univers électro percutant

Publié le Mis à jour le

En allemand, Poltergeist veut dire "esprit frappeur". Pas étonnant qu'Ari Girard se soit choisi ce nom de scène. Cet artiste chalonnais veut marquer les esprits avec une cold wave singulière et percutante.

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022

En dehors de la scène, c'est un jeune homme doux et discret. Mais dès qu'il s'empare de sa guitare et de ses machines, Poltergeist installe un univers cold wave, habité par "des nappes électro possédées et un riff de guitare électrique obscur" comme le décrivait le magazine Rock & Folk

De nombreux titres sont en allemand. "Je trouve que les sonorités de cette langue se marient bien avec l'électro", précise cet artiste de 20 ans, encore étudiant au Conservatoire de Chalon.

Poltergeist scande ses paroles, ce qui parfait encore un peu plus l'étrangeté de son personnage, son double scénique à la tête d'ange et à l'aura sombre.

Un jeune artiste déjà repéré

"Je veux frapper les esprits", assure le jeune homme.  Et c'est déjà chose faite ! Car, Ari Girard, aka Poltergeist, ne s'est pas seulement fait remarquer de la presse spécialisée. La profession le garde à l'œil.

Il remportait l'an dernier son ticket pour les Inouïs, le tremplin du Printemps de Bourges. Et début 2022, il signait chez Clivage Music, le label de l'artiste électro dijonnais Vitalic.

Poltergeist vient également d'intégrer le dispositif d'accompagnement des Eurockéennes de Belfort, l'Opération Iceberg. Après un EP en 2019, il prévoit de sortir son premier album d'ici la fin de l'année.

Alors petit prodige de la musique ? "Je n'aime pas trop cette étiquette. Je fais ce que j'aime. Et ça plaît à des gens, donc c'est super", rétorque le musicien.

▶ Découvrez d'autres artistes sur le plateau d'#studio3

#studio3 a été réalisé par les équipes de France 3 Bourgogne :

  • Mise en images : Antoine Dutot
  • Techniciens vidéo : Vincent Chapuis et Cédric Torelli
  • Son : Arnaud Tock
  • Lumières : Hervé Coeffet
  • Cadreurs : Jean-Philippe Beulaygue et Alain Tixier
  • Scripte : Nathalie Rabouh
  • Infographie : Cyrille Fouquin
  • Montage : Patrick Jouanin
  • Chargée d'édition numérique : Nathalie Zanzola
  • Journaliste : Maryline Barate