Le projet avait d'abord été enterré : feu vert pour les éoliennes géantes en Saône-et-Loire

Verra-t-on un jour des éoliennes sur la commune de St-Maurice-en-Rivière ? Le projet semblait enterré car la préfecture de Saône-et-Loire n'avait pas donné son accord, mais le tribunal administratif de Lyon vient d'annuler l'avis de la préfecture à cause d'un vice de forme. Une victoire pour les défenseurs du projet.

Né en 2015, le projet prévoit l'implantation de 4 éoliennes, hautes de 250m, sur ces terres agricoles. "Voilà, c'est à peu près à ces endroits-là que les éoliennes vont être implantées" montre Jérôme Lauriot, maire (SE) de Saint-Martin-en-Rivière.

Un projet soutenu dès le départ par la municipalité, malgré la proximité du site retenu pour le chantier. "Tout le village est quand même de l'autre côté, c'est assez loin ! Les premières maisons seront à 800 mètres, et la norme c'est 500 mètres" rassure l'élu de la commune.

Un projet refusé en 2021

Retoquée par la préfecture en 2021 au nom des risques pour la biodiversité, l'instruction du dossier va finalement se poursuivre. Une mauvaise nouvelle pour ses opposants, mais une bonne nouvelle pour les finances de la municipalité. Quitte à avoir des nuisances, le maire estime que l'implantation de ces éoliennes apporterait des gains non négligeables à sa commune qu'il ne juge "pas très riche".

Mais dans le village de 600 habitants, la question divise. Si certains estiment, qu'en plus du côté esthétique, cela va "drastiquement réduire le prix des maisons", d'autres estiment que "c'est une bonne nouvelle, il faut du nucléaire à la place du charbon."

Le tribunal administratif de Lyon a invalidé l'avis de la préfecture, celle-ci n'ayant pas consulté l'Autorité environnementale sur le sujet. Ainsi, le porteur du projet va pouvoir avancer. "La prochaine étape de l'instruction, ce sera le démarrage de l'enquête publique qui va permettre de faire de nouvelles concertations", explique Thibault Martin, chef de projet Engie Green, la société qui porte le projet depuis 2015.

Sollicitée, la préfecture n'a pas souhaité nous répondre. Les travaux pourraient débuter en 2026.