"Emmerder les non-vaccinés" : un habitant de Saône-et-Loire porte à son tour plainte contre Emmanuel Macron, "un devoir citoyen"

Publié le Mis à jour le
Écrit par Bamba Gueye
"Je suis dans mon droit en n'étant pas vacciné" explique Bernard Courtial.
"Je suis dans mon droit en n'étant pas vacciné" explique Bernard Courtial. © Bernard Courtial

Bernard Courtial, habitant de Mesvres en Saône-et-Loire a déposé plainte contre Emmanuel Macron suite à ses propos sur les non-vaccinés. Sans illusion mais avec détermination.

Les actions contre Emmanuel Macron se multiplient. Après une mère de famille de Haute-Saône le 5 janvier, c’est autour de Bernard Courtial de déposer plainte, pour "propos discriminatoires et insultants". Cet ancien éducateur spécialisé, âgé de 68 ans, réside à Mesvres (Saône-et-Loire). Le 9 janvier dernier, il a déposé une pré-plainte en ligne avant de se rendre le lendemain à la gendarmerie d’Etang-sur-Arroux.

Pour justifier ce dépôt de plainte, Bernard Courtial évoque "un devoir de citoyen. Je suis dans mon droit en n'étant pas vacciné. C’est le code de Nuremberg depuis la fin de la guerre qui dit qu’on a le droit de se soigner de tel ou tel manière".

Lors du dépôt de plainte à la gendarmerie, le retraité explique que l'agent qui a recueilli la plainte n'a pas été surpris par sa démarche. "Il m’a posé une dernière fois la question si je voulais porter plainte contre le président ? J’ai dit oui. Et le gendarme m’a répondu que ça allait remonter haut. Je lui ai dit : bah, j’espère !"


Je n’imagine pas Jacques Chirac disant que : je vais vous emmerder jusqu’au bout.

Bernard Courtial

Bernard Courtial explique qu’il a d’abord été surpris qu’un président de la République puisse tenir de tel propos. "Je n’imagine pas Jacques Chirac disant : je vais vous emmerder jusqu’au bout. Ça c’est impossible". Le Mesvrien ajoute que c’est ce qui lui poser à porter plainte. "Le système politique se dégrade. Donc il faut réagir. Si on ne dit rien, ça veut dire qu’on accepte".

Emmanuel Macron bénéficie de l’immunité présidentielle. Il y a peu de chances que le dépôt de plainte soit suivi de poursuite. Cela ne décourage pas Bernard Courtial qui reste conscient et déterminé. "Je sais qu’il n’aura rien et qu’il est protégé. C’est un acte citoyen. Si vous voyez sur internet toutes les pétitions en tout genre, ça n’a pas d’impact. Mais ça, ça peut en avoir. Si tout le monde se mobilise pour faire cet acte".

Un habitué des manifestations

Bernard Courtial manifeste régulièrement contre le pass sanitaire. Le samedi 8 janvier dernier, il était dans les rues de Chalon-Sur-Saône. Mais il refuse de se définir comme "antivax". "Je suis vacciné, j’ai tous mes vaccins". Mais le retraité doute beaucoup des études faites sur le vaccin contre le covid-19. "Cette injection  n’est pour moi pas un vaccin. Dès qu’on a inoculé un vaccin, on n’a plus la maladie, on n’est plus contagieux".

La plainte sera déposée dans les prochains jours au procureur de la république, qui décidera de donner suite ou non.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.