Fragnes-La-Loyère franchit le pas de la vidéo protection pour lutter contre les incivilités

Publié le Mis à jour le
Écrit par Rodolphe Augier

Le maire de Fragnes-la-Loyère (71204) a décidé d'équiper sa commune de 8 caméras de vidéo protection pour lutter contre les dégradations. Un investissement qui semble satisfaire les riverains de cette petite commune de 1 500 habitants.

A Fragnes-la-Loyère, petite commune en périphérie de Chalon-sur-Saône, le maire a choisi de sortir les gros moyens pour lutter contre les incivilités en tous genres : il a décidé d'équiper sa commune de caméras de vidéo protection. Fin 2021, 8 caméras sont installées autour de points stratégiques comme autour de la zone de plaisance où des vols de vélo ont eu lieu ou encore à proximité des sanitaires publics, trop souvent dégradés. Courant 2022, 4 caméras supplémentaires rejoindront le dispositif pour couvrir encore plus efficacement le périmètre de la commune.

Des caméras pour permettre aux gendarmes d'élucider plus rapidement les affaires

Fragnes-la-Loyère se situe dans la première couronne de Chalon-sur-Saône, qui a massivement investi dans la vidéo protection depuis plusieurs années. Par effet mécanique, les actes de vandalisme se sont déportés dans la périphérie de l'agglomération, bien moins équipée en matière de vidéo protection.

Sur cette commune de 1 500 habitants, qui a tissé des liens étroits avec les services de gendarmerie et avec laquelle la collaboration est pourtant efficace, trop de dégradations émaillent le quotidien. Pour Alain Gaudray, "ces petites incivilités répétées, aux coûts non négligeables (de quelques milliers d'euros) sont tout simplement usantes et pesantes". Grâce à ces caméras de protection, il espère obtenir un effet de dissuasion et permettre d'accroître le taux d'élucidation et de réactivité des forces de l'ordre, déjà très satisfaisant selon lui.

Coté population, on se félicite de ce nouvel équipement et de la volonté affichée de protéger le bien commun. Les habitants rencontrés nous expliquent trouver ça "rassurant quand on a des enfants", ou encore que "ça me (les) dérange pas du tout, bien au contraire".  Ils se sentent "plus en sécurité, et c’est très bien !".

Un déploiement de la vidéo protection qui s'inspire des communes déjà équipées

A quelques kilomètres de Fragnes-la-Loyère, Châtenoy-le-Royal, elle aussi en périphérie chalonnaise. Vincent Bergeret, le maire de cette commune, a décidé d'investir en 2019 quelques 245 000 euros sur 3 ans dans des équipements de vidéo protection, et il ne le regrette pas. Subventionnée à hauteur de 50% par l'Etat, l'implantation des caméras de vidéo protection a rapidement permis de constater une nette diminution de la délinquance routière et des incivilités qui l'accompagnent. Il constate aussi beaucoup moins de dégradations sur les bâtiments publics ainsi que sur le mobilier urbain. "Il reste quelques incidents, mais on retrouve plus facilement les auteurs", tempère-t-il.

De plus en plus de communes du Chalonnais s'équipent

La vidéo protection ne règle pas tout, et c'est un euphémisme. Selon Vincent Bergeret, on ne fait que déplacer le problème en repoussant toujours plus loin la délinquance. Pourtant, loin d'être une solution aux problèmes de notre société (chômage, délinquance, etc.), la vidéo protection séduit de plus en plus de commune du Chalonnais, dont un certain nombre envisage de s'équiper dans les prochains mois.