Le Creusot : Bombardier et Alstom associés pour un contrat de 3,3 milliards d'euros en Belgique

Le site Alstom du Creusot va fournir des bogies moteur pour les nouvelles voitures commandées par la Société nationale des chemins de fer belges. Le contrat, obtenu par Bombardier et Alstom, est évalué à 3,3 milliards d'euros, dont 1,2 milliards pour Alstom.

Le site Alstom du Creusot fournira les bogies moteur des nouvelles rames développées par le groupe en collaboration avec Bombardier.
Le site Alstom du Creusot fournira les bogies moteur des nouvelles rames développées par le groupe en collaboration avec Bombardier. © DR
Le groupe Alstom, associé à l'entreprise canadienne Bombardier, a signé avec la Société nationale des chemins de fer belges un contrat pour fabriquer les nouveaux trains du réseau belge.

A la clé pour le site du Creusot (Saône-et-Loire), la conception et la fabrication de 180 bogies moteur pour la première commande ferme, et de 392 en option. "Les deux premiers bogies seront livrés début septembre 2017, les derniers bogies de la tranche ferme seront livrés fin juin 2021", précise le groupe dans un communiqué. Les "bogies" sont les chariots situés sous les rames et sur lesquels sont fixés les essieux.

Entre 445 et 1362 voitures

La première commande ferme concerne 445 voitures pour une valeur de 1,3 milliards d'euros. Le contrat cadre obtenu par le consortium impliquant Bombardier et Alstom porte sur 3,3 milliards d'euros (dont 1,2 milliards pour Alstom) pour produire jusqu'à 1362 voitures à double niveau.



"Ces nouveaux trains pourront circuler à une vitesse de 200 km/h" et seront déployés "sur toutes les voies principales de Belgique ainsi que sur les voies transfrontalières avec les Pays-Bas et le Luxembourg, y compris certaines lignes à grande vitesse", détaillent les deux entreprises.

Un carnet de commandes bien rempli

Cette commande s'ajoute à celles déjà enregistrées par le groupe en 2015. En France, Alstom a signé des contrats pour produire des métros en Île-de-France, des tramways à Lyon et Nice et des trains "Régiolis" en Rhône-Alpes. S'y ajoutent les marchés à l'étranger : tramways de Shanghaï (Chine) et Casablanca (Maroc), trains polyvalents pour l'Algérie et à grande vitesse en Italie.

Ces bonnes nouvelles sécurisent donc les salariés du groupe, recentré sur les transports après la vente de la branche énergie. Alstom possède 12 sites en France dont celui du Creusot, qui emploie près de 700 personnes.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie transports en commun transports alstom entreprises