Le Creusot : le groupe Mülhaüser pourra reprendre NFM Technologies à certaines conditions

Le tribunal de commerce de Lyon a retenu l'offre de l'unique candidat à la reprise du constructeur de tunneliers NFM Technologies. Mais à la condition que le repreneur allemand apporte une garantie bancaire d'ici mercredi 28 novembre 2018.
 

Ce tunnelier utilisé pour creuser la montagne lors de la création de la ligne ferroviaire entre Lyon et Turin a été fabriqué au Creusot, en Saône-et-Loire.
Ce tunnelier utilisé pour creuser la montagne lors de la création de la ligne ferroviaire entre Lyon et Turin a été fabriqué au Creusot, en Saône-et-Loire.

Une offre "pas très satisfaisante financièrement"


NFM Technologies, le seul fabricant français de tunneliers, est en redressement judiciaire depuis le mois d’août 2018.
L’entreprise emploie 149 salariés : une soixantaine à l'usine du Creusot, en Saône-et-Loire, et les autres au siège de Villeurbanne, dans la banlieue de Lyon.

Deux candidats avaient déposé une offre de reprise, mais l'un d'entre eux, Altifort, déjà engagé dans le projet de reprise de l'aciérie Ascoval de Saint-Saulve (Nord), a jeté l'éponge. Le groupe allemand Mülhäuser, partenaire historique de NFM Technologies, restait le seul candidat en lice.
 
NFM Technologies était le seul fabricant français de tunneliers : il a été repris par le groupe allemand Mülhäuser et rebaptisé Tunneling Equipment.
NFM Technologies était le seul fabricant français de tunneliers : il a été repris par le groupe allemand Mülhäuser et rebaptisé Tunneling Equipment.

 

"C'est mieux qu'une liquidation"

"L'offre n'est pas très satisfaisante financièrement mais il faut s'en contenter puisque le groupe Mülhaüser était le seul repreneur", explique Luc Devaux, directeur général de NFM Technologies. "Et c'est mieux qu'une liquidation sur tous les plans", dit-il.

Le tribunal de commerce s'était donné deux semaines supplémentaires début novembre pour trancher sur le sort du tunnelier, dans l'espoir notamment d'une amélioration de l'offre sur le plan social et économique.

"Les dés sont maintenant jetés, il va falloir travailler", ajoute Luc Devaux, en ajoutant que "80 personnes étaient toujours reprises".


"Le basculement sur Mülhaüser se fera dès jeudi" 29 novembre, dit-il.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
entreprises économie social