Il est détenu en Iran depuis bientôt 2 ans : inquiétudes autour de Louis Arnaud, victime d'infections à répétition

Détenu en Iran depuis bientôt deux ans, Louis Arnaud a subi une perte de poids importante ces dernières semaines. Selon son père qui l'a eu au téléphone lundi, le trentenaire originaire de Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire) attend toujours de passer des examens médicaux. Mais la procédure s'éternise et l'incertitude demeure sur ses chances de libération.

Des nouvelles fraîches mais peu rassurantes. Ce lundi 20 mai, Jean-Michel Arnaud reçoit un coup de téléphone de son fils Louis, détenu dans la prison d’Evin à Téhéran, suite à son arrestation en Iran en septembre 2022. La conversation dure une quinzaine de minutes. "Il est toujours en attente d’examens médicaux", résume Jean-Michel Arnaud. 

Le trentenaire originaire de Montceau-les-Mines a récemment perdu du poids. Il est victime d'infections à répétition. Un bilan sanguin d'un médecin de la prison a également révélé des anomalies. "Cela nécessite une prise en charge complémentaire mais c'est au bon vouloir des Iraniens. Rien n'est acté pour le moment", détaille le père de Louis, qui précise que ses avocats et l'ambassade de France tentent d'accélérer la programmation d'une consultation médicale.

"Il veut protéger ses parents et ne pas nous inquiéter"

Condamné à 5 ans de prison pour "propagande et atteinte à la sécurité de l’Etat iranien" en novembre 2023, le Saône-et-Loirien de 36 ans partage sa cellule avec une douzaine de détenus selon Jean-Michel Arnaud. "Son niveau psychique paraît stable mais j’imagine qu’il veut protéger ses parents et ne pas nous inquiéter".

Car malgré tout, l'enfermement devient pesant au fil des mois. 

À chaque fois que l'un de ses codétenus européens ou américains est libéré, les jours suivants sont plus compliqués car lui reste enfermé. Il y a sûrement une forme de lassitude qui résulte d'une détention longue

Jean-Michel Arnaud

Père de Louis Arnaud, détenu en Iran

Pour traverser ces périodes difficiles, les conversations téléphoniques avec sa famille représentent un précieux "soutien psychologique" d'après Jean-Michel Arnaud. "Au début, on ne l'avait jamais au téléphone plus de trois minutes. C'était extrêmement dur. Maintenant, il m'appelle une à deux fois par semaine".

L'espoir d'avancée dans les négociations diplomatiques

Lors de leur dernier appel, père et fils ont échangé sur la récente mort accidentelle du président iranien Ebrahim Raïssi. La télévision d'Etat, qui s'en est fait l'écho, est en effet diffusée dans le centre pénitentiaire où Louis est incarcéré. Ce bouleversement peut-il entraîner un changement de ligne politique du régime iranien ?  "Lui n’y croit pas trop et moi non plus", concède Jean-Michel Arnaud. 

Le médecin de profession ne baisse pas les bras pour autant. "J'ai l'espoir que les négociations diplomatiques s'intensifient entre la France et l'Iran". Du côté du ministère des affaires étrangères, contacté par France 3 Bourgogne, c'est le silence radio.

Nous n'avons aucune information du Quai d'Orsay. Les autorités françaises nous ont seulement dit que quand Louis sortira, nous ne saurons rien sur les conditions d'obtention de sa libération

Jean-Michel Arnaud

Père de Louis Arnaud, détenu en Iran

En parallèle, le père de Louis tente de mobiliser à grande échelle. Il prépare un rassemblement après l'été, à l'occasion des deux ans de l'arrestation de son fils. Par ailleurs, un groupement d'avocats mandatés par les familles de trois autres détenus français en Iran s'apprête à saisir les Nations Unies et évaluer la conformité de leur incarcération avec le droit international, rapportent nos confrères de Ouest France.

L'actualité "International" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "International" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité