Mâcon : une trentaine de salariés mobilisée contre la scission d'EDF en 3 entités

Une partie des salariés d'EDF est en grève ce jeudi 17 décembre. A Mâcon (Saône-et-Loire), ils étaient une trentaine à se rassembler pour protester contre le projet Hercule qui vise à scinder le groupe EDF en trois entités. Ils dénoncent un "démantèlement" programmé du groupe,

Une trentaine de salariés d'EDF mobilisée à Mâcon contre le projet Hercule
Une trentaine de salariés d'EDF mobilisée à Mâcon contre le projet Hercule © Frédéric Cuvier / France Télévisions

Les salariés d'EDF sont mobilisés ce jeudi 17 décembre. Un préavis de grève a été déposé. Ils étaient une trentaine de salariés ce matin sur la base EDF de  Mâcon (Saône-et-Loire). Les salariés protestent contre le projet Hercule porté par la  direction du groupe et le gouvernement. Quelques représentants de GRDF ont rejoint les salariés grévistes. 

Ce projet prévoit de scinder EDF en 3 entités :

Les syndicats et une partie de l'opposition y voit un risque de démantèlement de l'entreprise publique et une menace pour la souveraineté énergétique de la France. "Ce sont des projets qui, pour nous, vont à l'encontre de l'intérêt des usagers et du service public" estime Régis Sarandao, secrétaire général CGT - Mines Energie en Saône-et-Loire. "On est sur un démantèlement du groupe avec la mutalisation des pertes et la privatisation des gains. On vend les bijoux de famille d'EDF pour pouvoir rentabiliser ou capitaliser EDF. On remet en cause les droits des salairés, des usages pour des profits."

Si la rentabilité des barrages et de la filière distribution, qui seraient toutes deux ouvertes au privé, sont quasiment assurées, l'avenir de la filière nucléaire est beaucoup moins certains, avec des coûts qui risquent de s'envoler dans les prochaines années. 

Mercredi 15 décembre, députés et sénateurs socialistes et écologistes ont annoncé leur intention de déposer une proposition de référundum d'initiative partagée sur le sujet. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
énergie environnement grève économie social