Coronavirus : la fréquentation du marché de Mâcon subit l’effet covid-19

Publié le Mis à jour le
Écrit par B.L.
Le marché de l'esplanade Lamartine, à Mâcon, en Saône-et-Loire.
Le marché de l'esplanade Lamartine, à Mâcon, en Saône-et-Loire.

L’épidémie de coronavirus gagne du terrain et le nombre de personnes infectées augmente. L’inquiétude touche certains consommateurs qui hésitent à se rendre au marché faire leurs courses. Reportage à Mâcon en Saône-et-Loire.


 


J’ai hésité à faire un tour au marché, mais finalement je suis venue. J’ai un peu peur, mais j’essaie de ne pas tomber dans la psychose. Faut prendre l’air, il fait beau.


Comme cette cliente, ils sont nombreux à se poser des questions au fur et à mesure de l’avancée de l’épidémie en France.

Les commerçants notent un réel changement d’attitude chez les habitués : "les gens viennent vite et ils s’en vont", dit un marchand.

"Oui, il y a moins de monde que d’habitude", ajoute une de ses collègues. "Les gens ont peur. C’est une psychose. Mais bon, on fait avec. Qu’est-ce que vous voulez faire !"

La baisse de fréquentation enregistrée ce 14 mars serait d'environ 30 % par rapport à un samedi normal.

Pourtant, aller au marché ne présente pas plus de risques que d’aller faire ses courses dans un supermarché.

D’ailleurs, pour l'instant, il n'est pas question de fermer les marchés. En Saône-et-Loire, celui de Mâcon est maintenu, tout comme celui de Chalon-sur-Saône ou de Louhans par exemple.

 
Reportage de Frédéric Cuvier, Christophe Gaillard et Laurence Crotet-Beudet

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.