Affaire Valentin Amrouche : le procès en appel de Tarik Attar commence à la Cour d'Assises d'appel de Dijon

Ce lundi 3 mai s'ouvre le procès en appel de Tarik Attar devant la Cour d'Assises d'appel de Dijon. Ce quarantenaire est suspecté d'avoir tué en 2017, Valentin Amrouche, jeune homme de 27 ans à Montceau-les-Mines. En premier instance, il a écopé d'une peine de 30 ans de réclusion criminelle.

Le procès se tiendra devant la cour d'appel du tribunal de Chalon-sur-Saône
Le procès se tiendra devant la cour d'appel du tribunal de Chalon-sur-Saône © France 3 Bourgogne

Ce lundi 3 mai s'ouvre le procès en appel de Tarik Attar, suspecté d'avoir assassiné Valentin Amrouche en 2017. En premier instance, au mois de juin dernier, le meurtrier présumé a été condamné à 30 ans de réclusion criminelle assortie d'une peine de sûreté de 12 ans.

Dès lors, l'homme originaire du Maroc et son avocat, Olivier Forray, ont décidé de faire appel. Tout l'enjeu sera donc d'écoper d'une peine moins lourde. L'accusé, qui avait partiellement reconnu les faits, estime sa peine trop importante pour un meurtre qu'il continue de qualifier d'"involontaire". 

L'auteur présumé avait reconnu les faits

La présidente de la cour d’assises avait justifié la durée de la peine selon trois motifs. La gravité des faits, les antécédents judiciaires de Tarik Attar, déjà jugé pour des faits de violence, et enfin le comportement du prévenu après le meurtre.

En effet, le principal suspect avait retiré de l’argent avec la carte bancaire de sa victime puis était parti au Maroc avec ses enfants avant de se rendre aux autorités une fois le corps de Valentin Amrouche retrouvé dans un appartement de Montceau-les-Mines, le 3 août 2017.

Le corps du jeune homme, disparu depuis le 18 juillet 2017 présente au moins quatre plaies par arme blanche. Mais l'enquête ne dure que trois jours, puisque Tarik Attar se rend à la police. S'il reconnaît être l'auteur des coups, ce dernier précise que cela était pour se défendre. Il refuse également de répondre aux questions des enquêteurs avant d'être placé en détention provisoire.

 

Les grands-parents de Valentin Amrouche attendent la validation de la première peine

Du côté de la famille de Valentin Amrouche, ses grands-parents souhaitent obtenir la validation de cette première peine. Car pour elle, il n’y a aucun doute : Tarik Attar a tué sa victime volontairement.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société faits divers