• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Coupe du monde 2018 : le Bourguignon Clément Turpin arbitre le match Uruguay-Arabie saoudite

L'arbitre international Clément Turpin lors de la demi-finale aller d'Europa League entre Arsenal et l'Atlético Madrid le 26 avril 2018 / © Adrian DENNIS / AFP
L'arbitre international Clément Turpin lors de la demi-finale aller d'Europa League entre Arsenal et l'Atlético Madrid le 26 avril 2018 / © Adrian DENNIS / AFP

Clément Turpin, licencié au FC Montceau en Saône-et-Loire, est le seul arbitre français retenu pour la Coupe du monde de football 2018. Il arbitrera son premier match mercredi 20 juin à 17 h : ce sera la rencontre Uruguay-Arabie saoudite.

Par avec AFP

Contrairement à la Coupe du Monde 2014 où il n’y avait aucun arbitre français, cette fois Clément Turpin sera sur le terrain. Il est le premier arbitre français à être retenu pour un Mondial depuis Stéphane Lannoy, qui avait officié au Mondial 2010.

Clément Turpin, 36 ans et père de trois enfants, a rapidement grimpé les échelons de l'arbitrage français.
Il a débuté en Ligue 1 en 2008, devenant à 26 ans le plus jeune arbitre à exercer en première division. Depuis, il a enchaîné les saisons jusqu'à "son déclic" au niveau international, l'Euro-2016, pendant lequel il a dirigé Autriche-Hongrie et Allemagne-Irlande du Nord en phase de poules.

"L'Euro a vraiment été le déclencheur. Après, on a enchaîné des très bons Jeux olympiques (à Rio), puis des campagnes européennes", explique-t-il, en insistant sur le trio qu'il forme avec ses assistants Cyril Gringore et Nicolas Danos, avec lesquels il passe quelque 180 nuits par an sur les routes.





Ses matches les plus célèbres 


Parmi les matches clés que Clément Turpin a déjà arbitrés il y a notamment le quart de finale retour de Ligue des champions entre l'AS Rome et Barcelone, le 10 avril 2018, le soir de la fameuse "rimonta" des Italiens (3-0) dans leur Stade Olympique. Dans cette rencontre à fort enjeu, le Bourguignon a adressé cinq cartons jaunes, dont un à Lionel Messi, et il a sifflé un penalty contre le Barça pour une faute de Piqué sur Dzeko.

Puis, continuant sur sa lancée le 26 avril avec la demi-finale aller d'Europa League entre Arsenal et l'Atlético Madrid (1-1), il n'a pas hésité à exclure l’entraîneur du club espagnol Diego Simeone, qui s'était montré insultant à son encontre.






L'assistance vidéo à l'arbitrage change-t-elle le métier ?


Comme les 35 autres arbitres de la Coupe du Monde 2018, Clément Turpin devra composer avec l'assistance vidéo à l'arbitrage (VAR) qui fait ses débuts lors de ce Mondial.

"Ça ne change pas profondément notre métier. L'arbitre sera toujours le décideur au moment de la situation. La vidéo sera une aide, un soutien, mais le décideur au départ de l'histoire c'est l'homme, et à la fin de l'histoire c'est l'homme", estime Clément Turpin.


L'assistance vidéo à l'arbitrage porte uniquement sur quatre cas : valider ou refuser un but, attribuer ou non un carton rouge, analyser une action pouvant valoir penalty et corriger une erreur d'identification d'un joueur sanctionné.



A lire aussi

Sur le même sujet

Stéphane Jobard s'exprime à l'issue du match

Les + Lus