Cet article date de plus de 6 ans

Nucléaire : quel est le plan de restructuration d’Areva pour ses sites de Saône-et-Loire ?

La direction du groupe nucléaire a présenté ses projets de réorganisation pour Areva NP (qui regroupe l'activité réacteurs, dont EDF va prendre le contrôle). Cela devrait se traduire par une baisse de 11% des effectifs.

Que va devenir Areva NP ?

Le groupe Areva est en pleine restructuration. L’ancien fleuron du nucléaire français a annoncé qu'il allait supprimer 2700 emplois en France d'ici à 2017.
Parallèlement, le groupe EDF va reprendre la majorité d'Areva NP, c'est-à-dire la division réacteurs du spécialiste du nucléaire qui est en difficulté. Le groupe nucléaire Areva ne conservera que 15% de cette activité réacteurs.

Un CCE (comité central d’entreprise) s’est tenu à Paris mardi 20 octobre 2015. La direction a communiqué aux représentants du personnel des documents décrivant en détails les projets de réorganisation et leurs impacts sur l’emploi des établissements d’Areva NP en Saône-et-Loire (Saint-Marcel, Chalon Services et Creusot Forge).



Comment en est-on arrivé là ?

Le groupe Areva justifie son projet de réorganisation par “une baisse de charge globale du fait d’un contexte de marché défavorable”. Les conséquences entraînées par la catastrophe de Fukushima au Japon n'ont pas épargné les sites de Saône-et-Loire :

“L’usine de Saint-Marcel fait face à des fluctuations de charge pénalisantes liées aux décalages de projets et qui impactent négativement ses coûts de production.
Creusot Forge subit une baisse d’activité depuis plusieurs années qui affecte durablement son équilibre économique.
Chalon Services est confronté à un tassement de ses activités lié à l’atonie du marché de la base installée”.


Que propose la direction d’Areva pour les sites de Saône-et-Loire ?

Le plan proposé par la direction vise à “restaurer la compétitivité”. “Le solde des postes qui seraient supprimés concernerait respectivement 175 postes à Saint-Marcel, 81 postes à Chalon Services et 71 postes au sein de Creusot Forge.
Dans le même temps, 91 postes d’intervenants en centrales nucléaires seraient rattachés à l’unité de services de Chalon-sur-Saône.

Au total, le différentiel de postes en Saône-et-Loire à l’horizon 2017 serait donc de 236 postes sur l’ensemble des sites du groupe, soit une baisse d’environ 11 % des effectifs”, précise la direction.

L’ensemble des implantations du groupe en Saône-et-Loire sera maintenu. La direction insiste aussi sur le fait que “tous les départs seraient réalisés sur la base du volontariat”.
“Areva veillera en particulier au maintien des compétences et estime que l’essentiel des suppressions de postes pourrait être atteint par le biais de mesures de cessations anticipées d’activité. Les investissements et les politiques liés à la sûreté et à la sécurité seront intégralement maintenus durant la période du plan de compétitivité”, conclut la direction.

durée de la vidéo: 01 min 41
Saône-et-Loire : les réactions au plan de restructuration d’Areva

Reportage : Damien Boutillet et Romy Ho-a-Chuck / Montage : Patrick Jouanin / Intervenants :

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
nucléaire environnement société économie social