Pourquoi Areva et EDF invitent le japonais Mitsubishi Heavy à entrer au capital d'Areva NP ?

Les groupes français Areva et EDF ont invité Mitsubishi Heavy Industries (MHI) à investir dans l'activité de réacteurs nucléaires Areva NP. C’est ce qu’indique le quotidien japonais Nikkei mardi 22 septembre 2015.

La Défense, Paris
La Défense, Paris © ERIC PIERMONT / AFP


Pourquoi le nom de Mitsubishi Heavy n’est-il pas étranger aux salariés d’Areva ?

C’est une information qui va être largement commentée sur les trois sites Areva de Saône-et-Loire (Le Creusot, Saint-Marcel et Chalon-sur-Saône) qui totalisent environ 2 300 emplois).

"EDF et Mitsubishi Heavy vont prochainement se réunir pour en discuter", a écrit en une le journal économique japonais Nikkei.
Celui-ci, généralement bien informé, cite plusieurs sources concordantes proches du dossier.

EDF  n'a pas souhaité commenter cette information, mais le nom de MHI n'est pas une surprise.
Le géant japonais s'était lui-même porté volontaire en juin pour aider Areva en pleine recomposition, éventuellement via une prise de participation.

Dans un bref entretien publié à l’époque dans le quotidien Asahi Shimbun, le PDG Shunichi Miyanaga s'était montré convaincu que son groupe pouvait jouer un rôle dans la remise sur pied d'Areva. "Compte tenu de nos liens de longue date, si Areva souhaite notre coopération, nous l'examinerons avec sérieux et j'apprécierais" que soit exprimée une attente d'investissement, avait-il dit au journal.

Depuis quand Areva travaille-t-il avec Mitsubishi Heavy ?

Toutefois, le fait qu'EDF puisse convier parallèlement au tour de table d'Areva NP un ou plusieurs groupes chinois peut compliquer les discussions avec MHI en raison de craintes de fuites technologiques, prévient le quotidien japonais Nikkei.

Au début du mois d'août, le président du conseil de surveillance d'Areva, Philippe Varin, avait indiqué dans le Journal du dimanche (JDD) que le groupe nucléaire français pourrait faire entrer des partenaires chinois à son capital, pour l'aider à se renflouer, parallèlement à l'accord trouvé avec EDF sur les réacteurs. "Je ne suis pas focalisé sur la Chine. Notre partenaire japonais Mitsubishi (Heavy Industries) est aussi important", avait cependant ajouté Philippe Varin.

Areva et MHI se connaissent très bien depuis des années : les deux groupes ont plusieurs sociétés conjointes, dont Atmea qui développe un réacteur de moyenne puissance, Atmea-1. Un éventuel investissement de MHI dans Areva avait déjà été évoqué il y a plusieurs années, lorsque le gouvernement français avait procédé à une augmentation de capital du groupe.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
nucléaire environnement société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter