Petits Chanteurs à la croix de bois : il manque 100 000 euros, un appel aux dons est lancé

Publié le Mis à jour le
Écrit par Auberi Verne d'après François Latour

La tournée de fin d'année des Petits Chanteurs à la croix de bois s'est terminée prématurément vendredi 17 décembre, à cause de la situation sanitaire. Pour compenser la perte de revenus, la manécanterie a lancé un appel aux dons. Il lui manque 100 000 euros.

100 000 euros. Voilà la somme dont ont besoin les Petits Chanteurs à la croix de bois, basés à Autun (Saône-et-Loire), pour boucler leur budget. Un manque à gagner causé par l'annulation de la plupart des concerts depuis le début de la crise sanitaire. Face à cette situation, un appel aux dons a été lancé.

"On commençait à repartir depuis l'été", confie Vincent Bruggeman, directeur délégué des Petits Chanteurs à la croix de bois. "Et là, pour le mois de décembre, nos concerts s'annulent. Nos tournées internationales sont aussi annulées. C'est souvent du jour au lendemain, sans aucune compensation financière, donc ça rend les choses très délicates pour notre structure. C'est pour ça qu'on a besoin de solliciter de l'aide."

Un financement qui repose principalement sur les tournées

La manécanterie se finance principalement avec l'argent récolté lors des tournées. Cela inclut la vente de billets, de produits dérivés et de disques, qui sont écoulés lors des concerts. "Si les concerts n'ont pas lieu, on n'écoule pas ces stocks", déplore Vincent Bruggeman.

"C'est aussi le rayonnement de notre structure qui se joue, puisque beaucoup de recrutements se font avec des jeunes qui voient un concert et veulent ensuite intégrer l'école", poursuit-il. "Les contrats internationaux nous permettent de payer les chefs de chœur, de créer un environnement stable et sain pour les enfants. Sans eux, nous sommes en difficulté."

Pour combler les trous, la manécanterie avait pu compter les années précédentes sur des aides mises en place par l'État, qui ne sont pour la plupart pas renouvelées.

"L’évolution du monde de la musique nous force à repenser la façon dont notre projet fonctionne"

L'institution sait cependant s'adapter aux changements qui ont frappé le monde de la musique. Face à la diminution des ventes de disques, les Petits Chanteurs ont décidé de se tourner vers le web. Ils développent actuellement une plateforme numérique intitulée "chantchoral.fr". Celle-ci proposera des outils pour apprendre les répertoires de chant choral.

En marge de cette plateforme, la manécanterie a lancé des formations en présentiel pendant l'été. Celles-ci ont eu lieu à Noirmoutier (Vendée) et Saint-Jacut-de-la-Mer (Côtes-d'Armor).

"Le numérique prend de plus en plus de place sur le physique et le numérique rémunère moins bien que le physique", déplore Vincent Bruggeman. "Mais on n'a pas le choix. L'évolution du monde de la musique nous force à repenser la façon dont notre projet fonctionne. On doit dire au monde qu'on continue d'exister."

"La structure a 115 ans, elle a vécu deux guerres mondiales et elle est aussi le premier artiste français à être allé en Chine populaire. On porte un message d'espérance, qui est toujours d'actualité", conclut le directeur.

Ce n'est pourtant pas la première fois que les Petits Chanteurs de la croix de bois se retrouvent en difficulté financière. En 2013, la manécanterie avait même été placée en redressement judiciaire.