Saône-et-Loire : les victimes des cliniques Dentexia gravissent la roche de Solutré

Publié le Mis à jour le
Écrit par Maryline Barate .

Les victimes du collectif contre Dentexia poursuivent leur combat. Ils se sont donné rendez-vous, ce lundi 16 mai 2016, sur la roche de Solutré, en Saône-et-Loire, pour sensibiliser les pouvoirs publics à leur détresse. 

" Nous gravissons la roche de Solutré, ce haut lieu de la Résistance, en signe de résistance face à des escrocs ", témoigne Gérard Mayen, membre du collectif contre Dentexia, pour expliquer ce rassemblement. "Nous voulons faire réagir les autorités à notre détresse morale et financière.", poursuit-il.



Plus de 2 400 victimes sont déjà recensées en France et notamment à Chalon-sur-Saône. Ils se disent lésés par ces cabinets dentaires low-cost où des manquements à l'hygiène ont été constatés par les autorités sanitaires.





Suspendus par ces dernières et placés en liquidation judiciaire en mars 2016, plusieurs centres Dentexia - dont celui de Chalon - ont fermé boutique. Beaucoup de prestations n'ont pas été réalisées jusqu'au bout alors qu'elles avaient été payées intégralement dès le début du protocole Certains soins ont été mal faits. Les patients ne savent plus vers qui se tourner.



Le reportage de C. Claveaux et I. Rivierre avec :

  • Gérard Mayen, coordinateur du collectif des "Sans-Dents" à Chalon-sur-Saône
  • Solange Korrichi, membre du collectif des "Sans-Dents"
  • Patrice Réa, membre du collectif des "Sans-Dents"
  • Christine Teilhol, membre du collectif des "Sans-Dents"
  • Abdel Aouacheria, fondateur du collectif des "Sans-Dent" à Lyon
durée de la vidéo: 01 min 49
Quelque 200 personnes se sont rassemblées, ce lundi 16 mai 2016, sur la roche de Solutré. Toutes sont des victimes du collectif des Sans-Dents de Dentexia. Ils souffrent aujourd'hui de problèmes de dent et ont perdu beaucoup d'argent depuis la liquidation judiciaire de ces cliniques dentaires low-cost.

 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité