Saône-et-Loire : intervention au sommet pour sécuriser la Roche de Solutré

La Roche de Solutré est fragile. Une quinzaine de cordistes travaillent actuellement à sécuriser le site emblématique pour éviter les chutes de pierres.

© Romy Ho-A-Chuck / France Télévisions

L’opération a débuté il y a une semaine. Elle doit se terminer fin juillet. Ce lundi 23 juin, les cordistes évoluent à 45 mètres au-dessus du sol sous un ciel sans nuage. Leur objectif, sécuriser les roches instables qui menacent de chuter sur les promeneurs.

Pour réaliser cette opération complexe, c’est une entreprise venue de la Drôme qui a été sollicitée. 9 points sensibles ont été localisés sur la Roche. « Toutes les masses qui ont été répertoriées urgentes par un bureau d’étude vont être démontées, explique Romain Cohade, le chef de chantier. On les confine derrière un grillage. Ensuite, on fait du carottage. Et à l’aide d’un éclateur hydraulique, on va fractionner les morceaux pour obtenir des petits morceaux avant de les redescendre. » Les grosses roches menaçantes peuvent ainsi être transportées. Au total, 100 mètres cube de roche doivent être expurgés durant 5 semaines.

Une quinzaine de travailleurs spécialisés interviennent sur les parois de la Roche
Une quinzaine de travailleurs spécialisés interviennent sur les parois de la Roche © Romy Ho-A-Chuck

 

Un danger pour les promeneurs

Vieille de 160 millions d’années, la roche calcaire est particulièrement friable. Elle représentait un danger potentiel pour les nombreux promeneurs ce qui a obligé le département à intervenir. Hervé Reynaud est conseiller départemental de Saône-et-Loire, délégué à la culture et au patrimoine. « Il y a 3 ans, nous avons été avertis par des gens qui pratiquaient l’escalade qu’il y avait une menace que des roches s’effritaient et que des pierres pouvaient tomber. Un diagnostic a été fait. »

Cout total de l’opération, 105 000 euros pour la collectivité. Contexte oblige, il a fallu ajouter 10 000 euros supplémentaires pour les différentes mesures de protection liées à l’épidémie de Covid-19. « C’est un investissement humain permanent, avance Hervé Reynaud. C’est un lieu magique et symbolique de la Saône-et-Loire et de la Bourgogne du sud !»

Revoir le reportage en images

Revoir le reportage à Solutré de Frédéric Cuvier, Romy Ho-A-Chuck et Cécilia Ngoc

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
nature patrimoine culture randonnée environnement
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter