Confinement : après la Saône-et-Loire, les chasseurs de la Nièvre obtiennent une dérogation pour chasser

Les chasseurs de Saône-et-Loire et de la Nièvre pourront chasser malgré le confinement. Une dérogation de déplacement est accordée pour la chasse au sanglier, au chevreuil et au cerf pour "participation à des missions d’intérêt général sur demande de l’autorité administrative".
© Christelle Gaujard / MaxPpp
Les chasseurs de Saône-et-Loire et de la Nièvre pourront continuer à chasser. Le préfet de Saône-et-Loire puis celui de la Nièvre ont pris ce vendredi 5 novembre un arrêté leur offrant une dérogation à l'interdiction de déplacements non essentiels en vigueur depuis le début du confinement.

Deux objectifs sont avancés par les représentants de l'Etat : la "régulation de la faune sauvage" et la "participation à des missions d’intérêt général dans le cadre du plan national d’action sur le loup et les activités d’élevage."

Il s'agit, selon les services de l'Etat de limiter les dégats que cause la faune sauvage sur les cultures, les forêts et les biens. "En Saône-et-Loire, l’explosion de la population de sangliers cause d’importants dégâts agricoles, indemnisés à hauteur d’environ 600 000 € lors de la dernière campagne. La prolifération de chevreuils peut quant à elle mettre en péril les plantations et régénérations forestières" estime la préfecture.
 

2 types de chasse autorisés

La chasse à l'affût ou en battue est donc autorisée pour le sanglier, le chevreuil et le cerf en Saône-et-Loire. En théorie, la chasse à l'affut se pratique depuis un mirador ou une cache mais sans déplacement du chasseur. La chasse à l'approche, qui consiste pour le chasseur à s'approcher au plus prêt du gibier est interdite, de même que la vénerie, la chasse du petit gibier, de gibier d’eau ou des oiseaux de passage. "Le tir individuel et le piégeage de certaines espèces susceptibles d’occasionner des dégâts sont également autorisés."

Pour pouvoir chasser, les chasseurs devront cocher la case « participation à des missions d’intérêt général sur demande de l’autorité administrative » dans leur attestation de déplacement dérogatoire. La préfecture de Mâcon ajoute que les chasseurs devront également se munir d'un "formulaire complémentaire sur lequel des précisions seront apportées" sans davantage détailler ces précisions.

Les gestes barrières, à commencer par les distances de sécurité et le port du masque, restent obligatoires. L’accès aux cabanes de chasse et les repas collectifs sont par ailleurs interdits.
 

Le plan loup maintenu en Saône-et-Loire

Enfin, les dispositions et autorisations mises en places dans le cadre de la lutte contre la prolifération du loup en Saône-et-Loire sont maintenues. Plusieurs attaques sur des élevages ovins ont été répertoriées ces derniers mois. "Les louvetiers et les chasseurs habilités sont autorisés à se
déplacer pour l’exécution des arrêtés préfectoraux en vigueur, relatifs aux tirs de défense et
de prélèvement"
indique la préfecture. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
chasse sorties et loisirs confinement santé société covid-19