Saône-et-Loire, Ain : plusieurs caves à vin prestigieuses ont été cambriolées

Plusieurs caves à vin ont été cambriolées en Saône-et-Loire et dans l'Ain. Les voleurs visaient principalement les grands millésimes. Le préjudice est estimé à plusieurs dizaines de milliers d'euros.
 

Les grands crus intéressent de plus en plus les cambrioleurs, qui prennent de plus en plus de risques pour s'attaquer aux caves des particuliers et des restaurateurs.
Les grands crus intéressent de plus en plus les cambrioleurs, qui prennent de plus en plus de risques pour s'attaquer aux caves des particuliers et des restaurateurs.

Les grands crus intéressent de plus en plus les cambrioleurs

Ils s’attaquent aux caves des viticulteurs, mais aussi à celles des cavistes et des restaurateurs.

Ces dernières semaines, des malfaiteurs ont fait main basse sur de nombreuses bouteilles en Saône-et-Loire.

Philippe Gauthier, qui est caviste à Cuisery, s’est fait dérober ses meilleurs millésimes dans la nuit du 29 au 30 décembre 2019. Il estime le préjudice à environ 100 000 euros.
Les voleurs ont fait main basse sur tout un stock de bouteilles qu’il avait mis des années à se procurer, car ce professionnel achète beaucoup de vins en souscription.

 

Juste à côté de la Saône-et-Loire, dans l'Ain, Georges Blanc, le chef étoilé installé à Vonnas, a eu plus de chance. Sa cave a aussi été visée par des voleurs, qui ont agi dans la nuit du lundi 30 au mardi 31 décembre 2019. Mais, la tentative de cambriolage a échoué. Aujourd’hui, la priorité pour le restaurateur est de renforcer la sécurité des locaux où il conserve environ 140 000 bouteilles, dont certaine valent plusieurs milliers d'euros.
Le dernier vol en date a eu lieu au restaurant étoilé Lameloise à Chagny, en Saône-et-Loire. Cette fois encore, ce sont les vins qui étaient ciblés. Les malfrats sont repartis avec plusieurs grands crus dans la nuit du dimanche 5 au lundi 6 janvier 2020.

La gendarmerie engage des moyens importants pour lutter contre ces vols de vins.
"Nous sommes engagés dans plusieurs enquêtes judiciaires", indique le colonel Nicolas Matthéos, commandant du groupement de gendarmerie de Saône-et-Loire.

"J’invite les commerçants, les chefs d’entreprise à solliciter la gendarmerie. Nous avons des spécialistes qui peuvent faire gracieusement des diagnostics de sécurité, ce qui permet de prendre les mesures adéquates", dit-il.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vins gastronomie faits divers