• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Sécheresse : des mesures de restriction d'eau en Côte-d'Or dès ce lundi

Illustration. / © MaxPPP
Illustration. / © MaxPPP

Arrosage des pelouses, remplissage des piscines interdits. La préfecture de la Côte-d'Or met en place des mesures de restriction d'eau dès ce lundi en raison de la sécheresse qui touche le département.

Par M. F.

Le niveau d'eau des cours d'eau de Côte-d'Or est bas et les prévisions météo excluent un retour durable de la pluie. En conséquence, la préfecture du département a activé ce lundi 23 juillet 2018 le premier niveau de son plan sécheresse.

Cinq des dix-huit bassins versants de Côte-d'Or ont atteint le seuil d'alerte. Des mesures de restriction, détaillées dans un arrêté préfectoral, sont donc mises en place jusqu'à nouvel ordre. Elles concernent aussi bien les professionnels et les collectivités que les particuliers.
 

Les mesures pour les particuliers

Il est interdit d'arroser les pelouses toute la journée. L'arrosage des potagers et des massifs de fleurs est interdit de 10h à 19h. Le lavage des véhicules est interdit tout la journée, tout comme le remplissage des piscines privées. Ces interdictions concernent l'ensemble du département.
 

Les mesures pour les professionnels

L'irrigation agricole est interdite de 12h à 17h en semaine, et tout le week-end du samedi 12h au dimanche 17h dans les bassins versants placés en alerte.

L'arrosage des golfs est interdit de 8h à 20h tous les jours. Les besoins en eau des industriels et des commerces doivent se limiter au strict nécessaire.
 
Les bassins versants concernés par le seuil d'alerte. / © Préfecture de la Côte-d'Or
Les bassins versants concernés par le seuil d'alerte. / © Préfecture de la Côte-d'Or

Trois départements de Bourgogne-Franche-Comté appliquent déjà des mesures de restrictions depuis la mi-juillet. Il s'agit du Doubs, de la Haute-Saône et du Territoire de Belfort.

Ceux qui ne respectent pas l'arrêté préfectoral s'exposent à une amende de cinquième classe, pouvant atteindre 1 500 euros (3 000 euros en cas de récidive).
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Chenôve : de nouvelles voitures ont brûlé en ville

Les + Lus