“Si t’en r’veux, y en r’na !” : Sophie Garnier édite un nouveau livre sur les savoureuses expressions du patois comtois

Le tome 2 du livre "Moi j'parle le comtois, pas toi ? " vient d’être publié aux éditions La Braillotte. L’ouvrage nous livre comme un cadeau 300 expressions du parler comtois.  

Un tome 2, pour savourer les expressions bien de chez nous !
Un tome 2, pour savourer les expressions bien de chez nous ! © La Braillotte
Elle tire une bonne partie des expressions du livre de sa grand-mère, une habitante de Malans dans le Doubs, 170 habitants. Sophie Garnier, 36 ans a fait un carton en 2015 en sortant le premier tome du livre. Plus de 23.000 exemplaires sont partis dans les chaumières des Comtois fiers de leur patrimoine vivant. Un succès fou né d'une envie de transmission d'un patrimoine oral toujours aussi vivace. Car le patois en Franche-Comté ne s’est pas perdu.  La preuve avec ces 300 nouvelles expressions.
 

Y’a bien que des Parigots pour skier en d’jeans sur les pistes de Métabief ! Roh les daubots, y’a à faire quand même !

Je t'r’coule un jus ? Non pa’c’que si t’en r’veux, y en r’na !

"Moi, ce qui me plaît, c'est l'authenticité des gens qui parlent, ils parlent avec les mots qu'ils ont entendu et intégré. Cela fait partie de leur vocabulaire, et on est surpris quand on voit que ces mots ne sont pas dans le dictionnaire" explique Sophie Garnier.
 

Y s’est tâlé le g’nou en r’faisant l’murger… il est loin d’avoir fini qu’y peut d’jà p’us arquer ! 



“Ces expressions comtoises, utilisées par toutes les générations, nous font comprendre comment les gens vivent chez nous, on s’invite dans leur quotidien, leur intimité même. Ces phrases font appel à notre côté nostalgique, n’ayons pas peur de le dire. Chacun entendra sa grand-mère, son oncle, un voisin… dans l’une ou l’autre de ses phrases. Elles raisonnent dans nos têtes, elles font ressurgir tout ce qui touche à nos émotions, à nos souvenirs” explique en préface Sophie Garnier. 
A la mode 2020, on parle de Thibaut Pinot en comtois, des "aïphones" que les gens ont tout le temps dans les mains, de cette météo qui fait les beaux jours du patois comtois.
 

Si tu veux faire comme le Pinot, commence don’ par réparer ton vélo

 

Y neigeait plein pantet quand j’suis r’partie, les gens pellaient tout c’qu’y pouvaient… Y en est tombé 20 cm en point d’temps.

 

© France 3 Franche-Comté : Pascal Sulocha

“La richesse des mots comtois voyage au-delà des frontières pour certains, ou sont usitées très localement pour d’autres. Ces mots sont parfois porteurs d’une multitude de sens selon le contexte ou la situation géographique. Ils apparaissent ou disparaissent avec le temps, nous donnent des repères mais surtout, ils créent notre identité, notre histoire….Intégrer ces phrases à notre vocabulaire courant est la meilleure façon de préserver cet héritage linguistique” ajoute Sophie Garnier.

 

Comme dirait l’père, tu tâcheras d’pas lui mettre un nom à coucher dehors !

 

Pis si t’es pas content, t’as qu’à tourner ton cul au vent!


Où trouver le tome 2 de "Moi j'parle le Comtois, pas toi ?" ?


Le livre est disponible au prix de 12 euros dans les points de vente suivants et en ligne sur le site internet de La Braillotte où vous trouverez aussi le calendrier 2021 et des magnets décapsuleurs.
Une chouette idée de cadeau de Noël à l’heure où le confinement nous invite à consommer local. Les dessins sont signés de l'illustratrice comtoise Sophie Lambda. Ce petit livre est un trésor qui se déguste mois par mois, paginé selon les expressions de la saison. Sophie Garnier espère ainsi raviver la flamme, pour que le parler comtois ne sombre pas dans l’oubli avec le temps.  Allez, un p’tiot dernier pour la route, par temps de Covid, il est est de saison !
 

T’as meilleur temps que les niards soient à l’école. ! Au moins t’as la paix, pis t’avances au turbin !


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture littérature livres