Coronavirus : l’Hôpital Nord Franche-Comté lève le plan blanc le 1er juillet

À partir du mercredi 1er juillet, le plan blanc est levé à l’Hôpital Nord Franche-Comté, près de Belfort. Des consignes strictes doivent néanmoins être appliquées. Détails. 

L'Hôpital Nord Franche-Comté se situe à Trévenans, près de Belfort.
L'Hôpital Nord Franche-Comté se situe à Trévenans, près de Belfort. © Lionel VADAM/MaxPPP
"L’accès à l’établissement reste soumis à certaines conditions, afin de prévenir les risques d’infection par le COVID-19. L’hôpital appelle au civisme de la population pour le respect des règles données pour la protection de tous et plus particulièrement des patients, des consultants, mais aussi des personnels qui les prennent en charge" prévient la direction de l'Hôpital Nord Franche-Comté. Le plan blanc avait été instauré il y a trois mois et demi, en raison de la pandémie due au coronavirus. 

Les consignes à suivre : 

Le port du masque chirurgical est obligatoire pour tous, et ce, également dans les chambres des patients. Les enfants de moins de 10 ans sont les seuls à pouvoir pénetrer dans l'hôpital sans masque. Les usagers sont également invités à respecter scrupuleusement les gestes barrières, et notamment à se frictionner les mains avec une solution hydro-alcoolique à l’entrée des bâtiments et dans les chambres des patients qu’ils visitent.

Seuls deux visiteurs maximum par chambre sont autorisés simultanément. Les visites peuvent se succéder au cours de la journée. En chambre double, il est recommandé la présence d’un seul visiteur par patient, afin de permettre à chaque occupant de la chambre de recevoir une visite dans un créneau horaire identique. Si les proches ne respectent pas la limite deux visiteurs par chambre ou ne portent pas de masque, les personnels soignants leur demanderont expressément de quitter la chambre.

"Aujourd’hui, l’Hôpital Nord Franche-Comté ne compte plus de patients hospitalisés infectés par le COVID-19. Des tests PCR sont toujours réalisés à l’hôpital, uniquement sur prescription médicale et sur rendez-vous pour les patients devant être hospitalisés" conclut la direction de l'hôpital.

Néanmoins, des lits sont maintenus au sein du service de maladies infectieuses pour accueillir de potentiels patients suspectés d’être infectés par le COVID-19, dans l’attente de la levée de doute. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter